Igor Stravinsky, chroniques de sa vie
Programmation musicale
Dimanche 22 août 2021
1h 29mn

Igor Stravinsky (7/8) : La métamorphose, 1947-1957

1947 : Stravinsky est bien installé à Hollywood avec Véra, qui est devenue sa femme. Lors d’un séjour à Chicago, il découvre huit gravures édifiantes d’un peintre du XVIIIe siècle, William Hogarth, résumant la déchéance du jeune Tom Rakewell qui, d’orgies en maisons de jeu, finit à l’asile de fous.

Igor Stravinsky (7/8) : La métamorphose, 1947-1957
Igor Stravinsky, le 19 novembre 1959, © Getty / Dan Farrell / NY Daily News Archive

1948-1951 : The Rake’s Progress 

La parabole est intitulée The Rake's Progress, « la carrière du libertin ». L’écrivain Aldous Huxlex, qui est un ami d’Igor Stravinsky, le dirige vers le poète Wystan Auden pour élaborer un livret. Les deux hommes qui ne se connaissaient pas, s’entendent fort bien ; en dix jours l’essentiel est fait. Au passage, on s’écarte sensiblement des gravures originelles ; un personnage diabolique fait son apparition, le libertin prend des atours de Faust moderne… 

En mars 1948, Auden envoie à Stravinsky ce que ce dernier désigne humblement comme  « l’un des plus beaux livrets de toute l’histoire de l’opéra ». Il travaillera pendant trois ans « à ce vrai opéra à numéros, avec des airs, des récitatifs, des chœurs, des ensembles : tout dans la grande tradition classique ». Pour la création, la mise en scène est confiée à Carl Ebert, qui 17 ans auparavant avait été l’un des fondateurs du festival de Glyndebourne. Dans la distribution, on peut citer Elisabeth Schwartzkopf, Jennie Tourel, Otakar Krauss ou encore Robert Rounseville

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le Rake's Progress est créé à la Fenice de Venise le 11 septembre 1951. C’est un événement mondain autant qu’artistique, mais le public de la première, venu de toute l’Europe, semble éprouver comme un malaise : dans ce grand pastiche de 2 heures, personne ne semble plus croire vraiment en rien, pas même le compositeur… Dans les années qui suivront, l’œuvre sera reprise partout.  

La rencontre avec Robert Craft 

A la même période Igor fait une rencontre qui va être fondamentale pour la suite : Robert Craft. Ce dernier a 25 ans, il est étudiant et anime un petit ensemble de musique de chambre. Il a écrit à Stravinsky pour obtenir la partition des Symphonies d’instruments à vent qu’il veut inscrire à un programme. Igor se prend immédiatement de sympathie pour ce jeune homme dynamique, enthousiaste, mais aussi passablement désargenté ; une fois n’est pas coutume, le maître décide de diriger pour lui gratuitement ; très vite, il va en faire son assistant, d’abord pour trier des malles de manuscrits et l’aider pour la prosodie anglaise du Rake’s Progress. Peu à peu, Robert Craft sera adopté par le couple Stravinsky au point de s’installer chez eux. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Bibliographie 

  • Igor Stravinsky, Chroniques de ma vie, Denoël et Steele, 1935 
  • André Boucourechliev, Igor Stravinsky, Fayard, 1989 
  • Bertrand Demoncourt, Igor Stravinsky, Actes Sud / Classica, 2013 
  • Abécédaire Stravinsky, sous la direction de la Fondation Igor Stravinsky, Editions La Baconnière, 2018 
  • Avec Stravinsky : Textes d'Igor Stravinsky, Robert Craft,Pierre Boulez Karlheinz Stockhausen, Editions du rocher, 1958 
  • Igor Stravinsky, Confidences sur la musique, propos recueillis (1912-1939), Textes et entretiens choisis, édités et annotés par Valérie Dufour, Actes Sud, 2013 
Bibliographie de l'émission "Stravinsky, chroniques de sa vie"
Bibliographie de l'émission "Stravinsky, chroniques de sa vie", © Radio France / France Musique

Archives INA : Témoignages d’Hugues Cuenod, Rolf Liebermann et Igor Stravinsky 

Programme musical

Igor Stravinsky, The Rake's progress : Prélude
Orchestre symphonique de Londres, John Eliot Gardiner (direction)
Deutsche Grammophon 

Igor Stravinsky, Messe
Ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion (direction)
Alpha 

Igor Stravinsky, Trio à cordes op 45 : 1er épisode  
Membres du Quatuor Prazak
Praga 

Igor Stravinsky, Cantate : Westron Wind
Adrienne Albert (mezzo-soprano), Alexander Young (ténor), Gregg Smith Singers, Ensemble de chambre de la Columbia, Igor Stravinsky (direction)
Sony 

Anton Webern, Quatuor op. 22 : I. Sehr mäßig
Pierre-Laurent Aimard (piano), Ensemble Intercontemporain, Pierre Boulez (direction)
Deutsche Grammophon 

Igor Stravinsky, Cantate - Ricercare II : Tomorrow shall be
Adrienne Albert (mezzo-soprano), Alexander Young (ténor), Gregg Smith Singers, Ensemble de chambre de la Columbia, Igor Stravinsky (direction)
Sony 

Francis Poulenc, Banalités FP 107 - 4. Voyage à Paris
Sabine Devieilhe (soprano) & Alexandre Tharaud (piano)
Erato 

Igor Stravinsky, Septuor : 1er mouvement
Ensemble Tashi
Sony 

Niña de los Peines & Melchor de Marchena, A mi mare abandone
Frémeaux 

Igor Stravinsky, Chants Russes : Les oies et les cygnes
Danielle Bouthillon (soprano), Christelle Sery (guitare), Valeria Kafelnikov (flûte et harpe)
Conservatoire de Paris 

François Couperin, Leçon de ténèbres nº1 pour le mercredi saint : Daleth
Hugues Cuenod (ténor), Daniel Pinkham (clavecin) & Alfred Zighera (viole de gambe)
Cascavelle 

Jean-Sébastien Bach, Messe en si mineur BWV 232 : Dona nobis pacem (Chœur)
Singakademie de Vienne, Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne, Hermann Scherchen (direction)
Deutsche Grammophon 

Giuseppe Verdi, Falstaff (Acte III, Scène 1)
Giuseppe Taddei (baryton), Orchestre symphonique de la RAI, Mario Rossi (direction)
Myto Records 

Igor Stravinsky, The Rake's progress : « I go I go to him » (Acte I, Scène 2)
Deborah York (soprano), Orchestre symphonique de Londres, John Eliot Gardiner (direction)
Deutsche Grammophon 

Igor Stravinsky, Three Songs from William Shakespeare : « Musick to heare »
Ian Bostridge (ténor), Adam Walker (flûte), Michael Collins (clarinette), Lawrence Power (alto)
Warner Classics 

Igor Stravinsky, In memoriam Dylan Thomas - Canons funèbres : Prélude ; Do not go gentle into that good night
Ensemble de chambre de la Columbia
Sony 

Igor Stravinsky, Greeting Prelude pour orchestre
Orchestre philharmonique de Bergen, Andrew Litton (direction)
BIS 

Igor Stravinsky, Canticum Sacrum
Irène Friedli (alto), Frieder Lang (ténor), Michel Brodard (basse), Chœur de chambre & Orchestre de la Suisse Romande, Neeme Järvi (direction)
Chandos 

Jean-Sébastien Bach / Igor Stravinsky,  Cinq Variations canoniques sur « Vom Himmel hoch da komm' ich her » BWV 769 : Choral
Chœur du Festival de Tanglewood, Orchestre symphonique de Boston, Seiji Ozawa (direction)
Philips 

L'équipe de l'émission :