Histoires de Musique
Programmation musicale
Dimanche 10 novembre 2019
9 min

Victor Hugo, l’exil

Le 11 décembre 1851 au soir, à la gare du Nord , un voyageur monte dans le train pour Bruxelles. Il s’en va, il fuit le coup d’état perpétré neuf jours plus tôt, par Louis Napoléon Bonaparte. Cet homme au « front monumental », aux « prunelles d’aigle », c’est Victor Hugo

Victor Hugo, l’exil
Portrait de Victor Hugo et première de couverture de Napoléon le Petit par Victor Hugo , © Charles Hugo

Le 11 décembre 1851 au soir, à la gare du nord qui n’est encore qu’un « embarcadère » de chemin de fer, dit-on, un voyageur monte dans le train pour Bruxelles. De taille moyenne, le visage encadré de cheveux longs tombants, il a dans sa poche un passeport au nom de Jacques-Firmin Lanvin, ouvrier imprimeur. Ce n’est pas sa véritable identité, ni son vrai métier. Cet homme au « front monumental », aux « prunelles d’aigle », comme le décrit Théophile Gauthier, c’est Victor Hugo.

Une légende en exil

Victor Hugo a alors 50 ans et un vécu fulgurant. Académicien français depuis 10 ans, pair de France par la grâce de Louis – Philippe, il est élu maire du 8è arrondissement de Paris en 1848, puis député l’année suivante. C’est à la fois un écrivain à succès et une personnalité politique en vue. Auteur inspiré, empli de lyrisme épique mais aussi de compassion, il émeut le cœur du public tant avec ses poèmes, Odes et ballades, Les Feuilles d’automne, qu’avec ses romans, Le dernier jour d’un condamné – Livre de combat contre la peine capitale.  Ou encore Notre Dame de Paris qui montre en Quasimodo le monstre poignant, la coexistence du sublime et du grotesque, la beauté qui se cache sous la laideur. En cette fin de l’année 1851, Victor Hugo est un homme qui compte et qu’on écoute. De Républicain, il bascule à gauche. Son discours fleuve contre la misère et l’égoïsme des nantis, prononcé à l’Assemblée le 9 juillet 1849, scandalise la majorité de ses collègues. Les conservateurs des partis de l’Ordre. Cette prise de position provoque dès lors un retentissement considérable. Victor Hugo au soir du 2 décembre 1851 signe un appel virulent à la résistance armée : « charger son fusil et se tenir prêt ». Commence alors le temps de la répression. Plusieurs amis de Hugo, Paul Meurice, Auguste Vacquerie ainsi que ses fils Charles et François-Victor, déploient une activité intense destinée à résister au coup d’Etat. Victor Hugo accuse Louis-Napoléon de haute trahison, il est recherché par la police. Victor Hugo choisit l’exil.

Dans le train qui le mène en Belgique, il emporte dans ses bagages ses fulgurances de visionnaire, ses grands projets pleins d’humanité. Et les livres qui lui reste à écrire : La Légende des siècles ou les Misérables. Il emporte aussi l’amertume du vaincu et une haine monumentale envers « l’usurpateur » qui s’est emparé du pouvoir. Rien ne l’apaisera. Dès son arrivée à Bruxelles, il jette sur le papier son pamphlet « Napoléon-le-Petit ». Il faut alors réunir la famille, prendre les dispositions nécessaires, et fuir avant la parution en août 1852. La famille Hugo décide de se séparer de son mobilier parisien. Pour abriter son exil, Hugo choisit alors l’ile de Jersey, terre francophone et libérale. « Celle île solitaire que la libre Angleterre couvre de son vieux pavillon ». L’exil est vécu comme une injustice, un deuil traversé de crises de découragement. Dans sa maison de Marine Terrace, à la Grève-d’Azette, il se livre au spiritisme et, surtout entame une intense production littéraire. Puis il publie « Les Châtiments », pamphlet vengeur contre Napoléon III. Les exemplaires sont alors expédiés en France attachés à des ballons ! D’emblée Hugo projette d’assortir ses œuvres de portraits afin d’entretenir sa légende, alors que son existence bascule dans l’Histoire. Il décide de se lancer dans la photographie et fait installer un atelier dans sa maison  de Jersey.

Hugo père met en scène les photographies, choisit les sites et les poses. Son œil averti compose, à la manière d’un peintre, des vues qui apparaissent comme les illustrations de ses vers composées dans la même veine. Ainsi dans le portrait de Victor Hugo  sur la grève d’Azette photographié en 1852. Hugo tient d’abord à se rappeler au souvenir des français en tant que résistant, fidèle défenseurs des idéaux républicains de 1848 et rejetant toute compromission. L’assurance de la pose, la stabilité de la composition dont il apparaît comme le pivot, renvoient à la conclusion d’« Ultima Verba ». « Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ! »

L’exil de la Liberté

Puis Hugo trempe à nouveau sa plume dans l’encre de la liberté. Il signe une lettre où il critique la visite de la reine Victoria à Paris. Il est alors expulsé de Jersey et gagne l’île de Guernesey le 31 octobre 1855. Madame Hugo, sa fille Adèle, Charles et le fidèle Auguste Vacquerie le rejoignent. Le poète se félicite : « On y parle français et l’on y vit très bien à bon marché ». Alors il achève Les Contemplations. Cette œuvre lyrique qui paraît simultanément en avril 1856, à Bruxelles et à Paris est qualifiée par Hugo lui-même de « poésie pure ». La vente des Contemplations permet enfin à Victor Hugo d’acquérir une maison.

Hauteville House est à elle seule une œuvre. Une œuvre littéraire, un roman, une nouvelle. Un autoportrait de Victor Hugo. Une autobiographie. Adèle, très réservée, y voit une façon de s’ancrer dans l’exil. Hugo concentre toute son énergie à l’aménagement de cette demeure. La famille y emménage le 5 novembre 1856. La maison est remplie d’ouvriers. Hauteville house devient une création hugolienne, « un véritable autographe à trois étages » dira Charles.

Le 18 août 1859, dans une courte déclaration, Victor Hugo refuse publiquement l’amnistie de tous les condamnés politiques. « Fidèle à l’engagement que j’ai pris vis à vis de ma conscience, je partagerai jusqu’au bout l’exil de la Liberté. Quand La Liberté rentrera, je rentrerai ». Commence alors l’exil volontaire.  Le 5 septembre 1870, suite à la défaite de sedan et la capitulation de Napoléon III, la république est proclamée. Victor Hugo, accompagné de Juliette, de Charles et de sa famille, rentre en France après 19 années d’exil.

Programmation musicale

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°3 en Mi bémol Maj op 55 (Eroica) : 4. Finale
Orchestre philharmonique de Vienne
Andris Nelsons (direction)
DGG 4837071

Franz Liszt
Etude d'exécution transcendante en ré min S 139 n°4 / Mazeppa
Daniil Trifonov (piano)
DGG 4795529

Franz Liszt
Ce qu'on entend sur la montagne S95
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig
Kurt Masur (direction)
EMI 5686002

Jacques Fromental Halévy
La juive : Rachel quand du Seigneur la grâce tutélaire (Acte IV) Eléazar et choeur
Philharmonia Orchestra
Ambrosian Opera Chorus (chœur)
José Carreras (ténor)
Antonio de Almeida (direction)
Philips 420190-2

Reynaldo Hahn
Si mes vers avaient des ailes
Felicity Lott (soprano)
Graham Johnson (piano)
Harmonia Mundi HMC 901138

Giovanni Battista Pergolèse
Stabat Mater : 12. Quando corpus morietur - Amen (Duo soprano contralto)
Concentus Musicus de Vienne
Eva Mei (soprano)
Marjana Lipovsek (contrealto)
Nikolaus Harnoncourt (direction)
Teldec 9031769892

Franz Schubert
Erlkönig D 328 ( Le roi des aulnes D 328) - arrangement pour piano
Daniil Trifonov (piano)
Mariinsky MAR0530

Ludwig van Beethoven
Sonate pour piano n°14 en ut dièse min op 27 n°2 (Clair de lune) : 1. Adagio sostenuto
Louis Lortie (piano)
Chandos CHAN9736

Camille Saint-Saëns
Soirée en mer
Felicity Lott (soprano)
Graham Johnson (piano)
Harmonia Mundi HMC 901138

Giovanni Pierluigi da Palestrina
O bone Jesu
Choeur de la chapelle Sixtine
Massimo Palombella (direction)
DGG 00289 479 6131

L'équipe de l'émission :