Histoires de Musique
Programmation musicale
Dimanche 27 octobre 2019
9 min

Le philosophe et le despote éclairé

Le 8 août 1736, Voltaire reçoit la première lettre de Frédéric le Grand. Commence dès lors une correspondance d'une quarantaine d'années entre l'homme de lettres et le futur roi de Prusse. Mais le propos "on presse l'orange et on jette l'écorce" est alors rapporté…

Le philosophe et le despote éclairé
Frédéric le Grand et Voltaire et Frédéric II de Prusse jouant de la flûte au palais Sanssouci, © Georg Schöbel / Adolph von Menzel

Voltaire, l’écrivain. L’historien, le philosophe est une figure de proue du siècle des Lumières. François-Marie Arouet est issu  de la veille bourgeoisie parisienne. Grâce à ses parents il reçoit une formation de qualité chez les jésuites. Son esprit précoce le fait rapidement connaître dans le monde des lettres, notamment pour son attaque du pouvoir qui lui vaut la prison. En 1718 il prend le nom de Voltaire et fait jouer sa première tragédie Œdipe. C’est un grand succès mais une nouvelle  querelle l’enjoint à s’exiler en Angleterre jusqu’en 1729. Voltaire y découvre les libertés parlementaires et les philosophes anglais. 

Le jeune Frédéric II vit une enfance très éprouvante sous la férule de son père Frédéric-Guillaume 1er, dit Le Roi-Sergent. Devenu roi, Frédéric II continue la politique intérieure de son père mais adopte un ton plus agressif et machiavélique en politique extérieure. Sa déloyauté diplomatique faillit le mener à sa perte lors de la guerre de Sept Ans mais elle assure à la Prusse son apogée militaire. Il gouverne avec une passion et un engagement qui rappelle ceux de Louis XIV.

Une amitié rêvée

Frédéric II, le despote éclairé, le  roi-philosophe garde toute sa vie son admiration pour la culture française. Dans cette langue il écrit et lit nombre d’ouvrages. . Dévoré par la curiosité de converser avec le prince des Lumières, il prend enfin sa plume. D’emblée le ton est flatteur. Naît alors une correspondance où tous deux retrouvent en l’autre un esprit également curieux, ouvert et correspondant à leurs espoirs : Voltaire doit être l’ami, le guide, le mentor ; Frédéric doit être le prince éclairé, sensible aux idéaux des Lumières, le roi-philosophe. Durant quatre années, de 1736 à 1740, Voltaire et Frédéric « ont rêvé et se sont rêvés ». L’aboutissement de cette première phase de relation est la parution de l’Anti-Machiavel,  réfutation par Frédéric du Prince de Machiavel. Si l’ouvrage, largement corrigé par Voltaire, marque l’apothéose de la relation épistolaire entre les deux hommes, il sonne aussi le glas de la période d’idéalisation de cette relation.

Le couronnement du Roi en 1740 suivi de son invasion perfide de la Silésie et de deux brèves rencontres entre les deux hommes, brisent l’image du prince idéal que Voltaire a de lui. Les compliments continuent toutefois à pleuvoir de part et d’autre. De même que ne cessent pas les échanges de livres et les discussions philosophiques. Mais leur relation n’est plus sereine. Le Roi de Prusse de son côté tire les ficelles de la politique pour faire venir à Berlin son écrivain préféré. Il détruit pour cela la réputation de Voltaire à Versailles. Malgré honneurs et pension, la courte vie du poète - courtisan au Château de Versailles  laisse à Voltaire un goût amer. Son roman Zadig met en scène cette vie à la cour. Et paraît anonymement en 1848. Devenu indésirable à la cour de Versailles, désemparé après la mort de Madame du Châtelet et par un public parisien qui las de ses succès siffle ses pièces, il accepte l’offre de Frédéric II de se fixer à Berlin.

On presse l'orange et on jette l'écorce

Bien vite les relations entre les deux hommes se détériorent : ils en viennent à se critiquer par pamphlets interposés.  Voltaire publie son premier conte philosophique Micromégas en 1752. Mais s’aperçoit qui l’est l’amuseur et non le conseiller de Sa Majesté. Le propos « on presse l’orange et on jette l’écorce » lui est alors rapporté. Et tout se gâte à la fin de 1752. Bientôt Voltaire fuit Berlin et emporte avec lui un livre de poésies du monarque. Alors l’empereur se venge et le laisse emprisonné un mois à Francfort. Voltaire vit très mal cette humiliation. Ainsi se terminent provisoirement les relations du « Salomon du Nord » et du « Virgile français ». L’Orange avait bel et bien été pressée, l’écorce en demeurait utilisable. Frédéric regrette ses procédés avec Voltaire, Voltaire regrette d’avoir quitté la cour de Prusse. C’est alors que la guerre de sept ans éclate et la situation du roi de Prusse est inquiétante. Voltaire sent renaître en lui son intérêt pour son ancien disciple. Lorsqu’il découvre en 1757 son Epître dite d’Erfurt où le souverain  écrit : «  Penser, vivre et mourir en roi ». Alors Voltaire prend sa plume. Il le supplie de considérer le tort irrémédiable que ce geste ferait à la philosophie. 

Il était beau de voir le plus illustre écrivain français, même chassé de sa patrie, tendre une main secourable au plus illustre souverain de l’Europe ennemie de la France, pour l’engager à vivre.

Programmation musicale

François Couperin
Pièces de clavecin Livre I 2ème ordre en ré : 14. La Florentine
Carole Cerasi (clavecin)
Métronome 11002

Frédéric II de Prusse
Sonate pour flûte traversière et basse continue en mi min : 1. Grave
Barthold Kuijken (flûte traversière baroque)
Bob van Asperen (clavecin)
Sony SK 66267

André Campra
Les muses rassemblées par l'Amour : Ouverture (instrumental) - pour soprano ensemble instrumental et basse continue
Ensemble Parnassie du Marais (orchestre)
Claire Létoré (violon baroque)
Sabine Weill (flûte à bec et hautbois)
Sylvie Moquet (basse de viole)
Brigitte Tramier (clavecin et direction)
Parnassie PAR61

Carl Philipp Emanuel Bach
Sonate en si min Wq 143 H 567 : Allegro - pour flûte traversière violon et basse continue
Lisa Batiashvili (violon)
Emmanuel Pahud (flûte traversière)
Sebastian Klinger (violoncelle)
Peter Kofler (clavecin)
DGG 4792479

Johann Joachim Quantz
Concerto pour 2 flûtes traversières baroques en sol min QV 6:8a : 3. Presto
Orchestre Baroque Arion (orchestre)
Claire Guimond (flûte traversière baroque)
Alexa Raine-Wright (flûte traversière baroque)
Alexander Weimann (clavecin et direction)
Early Music EMCCD7777

Jean Sébastien Bach
L'offrande musicale BWV 1079 : Canon perpetuus super thema regium - pour ensemble instrumental
Bach Collegium du Japon (orchestre)
Kiyomi Suga (flûte traversière)
Ryo Terakado (violon)
Yukie Yamaguchi (violon)
Emmanuel Balssa (violoncelle)
Masaaki Suzuki (clavecin)
Bis BIS2151

Jean-Philippe Rameau
Les fêtes d'Hébé, Suite d'orchestre : Louré grave
Orchestre du XVIIIe siècle (orchestre)
Frans Brüggen (direction)
Glossa GCD921125

Frédéric II de Prusse
Concerto pour flûte n°3 en Ut Maj : 2. Grave
Cappella Coloniensis (orchestre)
Hartmut Haenchen (direction)
Capriccio 7085

Frédéric II de PrusseConcerto pour flûte traversière en Ut Maj : 3. Allegro assai
Orchestre de chambre Carl Philipp Emanuel Bach (orchestre)
Manfred Friedrich (flûte traversière)
Hartmut Haenchen (direction)
Capriccio 10064

Franz Benda
Concerto en mi min pour flute cordes et basse continue : Allegro con brio
Orchestre de chambre Carl Philipp Emanuel Bach (orchestre)
Patrick Gallois (flûte)
Peter Schreier (direction)
DGG 439895

Frédéric II de Prusse
Sinfonia en Ré Maj : 2. Andante
Orchestre de chambre Carl Philipp Emanuel Bach (orchestre)
Hartmut Haenchen (direction)
Capriccio 7085

L'équipe de l'émission :