Histoires de Musique
Programmation musicale
Dimanche 7 avril 2019
9 min

La révolte romantique

Au XIXe siècle, le romantisme est avant tout une révolte. Révolte, contre un avenir qui ne promet plus rien. Révolte, contre l’ennui. Révolte, contre le rationalisme qui brime les sentiments. Révolte, contre le siècle tout entier !

La révolte romantique
Les Romains échevelés à la première représentation d'Hernani et Le Radeau de La Méduse, © Grandville / Théodore Géricault

Une émission en partenariat avec J'aime la Musique

J'aime la musique
J'aime la musique

Au XIXè siècle, le romantisme est avant tout une révolte. Révolte contre une urbanisation effrénée. Contre un monde de plus en plus matérialiste, une bourgeoise de plus en plus riche et de plus en plus puissante. Révolte contre un conformisme  désespérant qui définit ce que doivent être le bon goût et les bonnes moeurs. Révolte contre un avenir qui ne promet  plus rien. Contre l’ennui, le dégoût  que l’on sent en soi. Révolte contre le rationalisme qui brime les sentiments. Révolte contre l’ordre établi, contre les anciens, les classiques.

Le romantisme n’est précisément ni dans le choix des sujets, ni dans la vérité exacte, mais dans la manière de sentir,  nous dit le poète Charles Baudelaire. Il est un climat, le climat de la société de tout le XIXè siècle. C’est la sensation de vivre dans un monde sans repères. C’est une éternelle incertitude, une éternelle insatisfaction. C’est une sensibilité blessée, une mélancolie exacerbée par l’alternance des désirs et des doutes, des enthousiasmes et des chagrins.

L’art au service du Romantisme

Afin de fuir ce sentiment, les jeunes romantiques se réunissent dans les cénacles. Et donnent prééminence à leur vie intérieure.  Ils écrivent, ils peignent, ils sculptent, ils gravent, ils composent. En Allemagne, le compositeur Ludwig van Beethoven ouvre la porte à cette expression intérieure. La musique instrumentale pure et le piano plus particulièrement devient peu à peu l'instrument de prédilection des romantiques : il leur permet d'être l’écho de leur âme, de transmettre leurs sentiments et leurs émotions. Beethoven lui confie les nuances les plus fines, mais aussi ses doutes, ses souffrances ses colères. Le mouvement littéraire allemand Sturm une Drang, orage et passion, insuffle aux artistes de nouvelles forces créatrices. Les émotions l’emportent alors sur la raison. C’est grâce à Madame de Staël et ses ouvrages comme La Littérature en 1800 et de l’Allemagne en 1810 que cette nouvelle liberté de l’imagination peut pénétrer le monde artistique français. Les artistes découvrent  alors les auteurs étrangers comme le poète allemand Goethe à travers les Souffrances du jeune Werther écrit en 1774, ou Faust en 1775. 

Le compositeur Hector Berlioz  découvre Shakespeare lorsqu’une troupe de théâtre anglaise vient donner plusieurs représentations à l’Odéon en 1827.  C’est une révélation pour tous les romantiques : Alexandre Dumas compare leur émotion à celle que dut ressentir Adam à son éveil au Paradis. Shakespeare représente pour les romantiques la transgression des règles du théâtre classique, règles d’unité, de temps, et de lieu.

La consécration du Romantisme !

Le 25 février 1830, est donnée à la Comédie française, la première représentation d’Hernani, pièce de Victor Hugo. Toute la jeunesse romantique fait barrage aux tenants de l’esthétique classique. C’est une véritable bataille ! On hurle à l’outrage ! Mais la jeunesse l’emporte : c’est la victoire du romantisme. Et la naissance du Drame romantique.

Grâce à l’énergie des jeunes romantiques, leur insolence, leur désir d’émancipation associée à la Révolution des Trois Glorieuses, le mouvement peut triompher.  Sous la Restauration, et sous la monarchie de Juillet, le pouvoir royal ne cesse de s’affaiblir. La vie politique s’ouvre alors à tous. Les romantiques veulent donner un sens à la condition humaine. Ils veulent créer une société où règnerait la liberté et la fraternité. Ainsi, à la libération de l’art succède la libération de l’homme. Artiste romantique,  mage ou prophète, le compositeur et virtuose hongrois, Franz Liszt se doit d’éclairer l’humanité. Tel est, pour lui aussi,  le véritable rôle de l’artiste romantique. C’est par une très grande maîtrise de la virtuosité qu’il peut s’échapper des chemins traditionnels.  Et donc en inventer de nouveaux. Car pour être un guide, un mage ou un prophète, il faut ouvrir de nouveaux chemins... Pour les peintres romantiques, comme Delacroix ou Géricault, l’acte créateur devient  un manifeste social, politique. La mission de l’artiste est aussi celle d’être un guide, une voix pour le peuple. Mais comment concilier l’art et le réel ? Transmettre une certaine conception du destin de l'homme ?

Programmation musicale

Ludwig van Beethoven
Léonore III : Ouverture
Philips 434908-2

Franz Schubert
Impromptu n°3 op 90 D 899 en Solb Maj.
Philips PHPS 420840-2

Ludwig van Beethoven
Sonate Appassionata pour piano N°23 en fa min op.57 : Allegro assai
Acousense ACO-CD 13217

Hector Berlioz
Roméo et Juliette op17 : Premiers transports que nul oublie
Virgin Classics 641986 0 6

Frederic Chopin
Etude Révolutionnaire op.10 n°12 en ut min
Erato 08256 461727 5 7

Franz Liszt
Réminiscence de Don Juan S 418 : Grande Fantaisie pour piano
DGG 002894790425

Johannes Brahms
Concerto pour piano n°2 en sib Maj. op 83 : Andante
Alpha 196091

L'équipe de l'émission :