Histoires de Musique
Programmation musicale
Dimanche 31 janvier 2021
10 min

Juliette Récamier et Madame de Staël. Deux femmes libres sous Napoléon

Juliette Récamier que l'on nommait « la blanche hermine » et Madame de Staël sont toutes deux les Muses d’une sorte de cosmopolitisme qui servit à l’enrichissement, à l’élargissement de l’esprit français. Mais qui pour Napoléon est synonyme de rébellion.

Juliette Récamier et Madame de Staël. Deux femmes libres sous Napoléon
Madame de Staël. Madame Juliette Récamier entourée de figures politiques et littéraires : Charles Rodier, Chateaubriand, Sophie Gay, Benjamin Constant, Mme Ancelot, Mme de Stael, Ampere., © Getty

Ces deux femmes réalisent une union à la fois passionnée et combative, théâtrale et tourmentée. Cette amitié est une enclave à l’intérieur d’une société dominée par les hommes. Et rien ne correspond mieux à cet espace féminin privilégié que le salon où se pratique l’art de la conversation, forme élaborée du bavardage « féminin ».

Madame Récamier et Madame de Staël appartiennent à une société et même à un monde aux mains de Napoléon : incarnation d’une misogynie soupçonneuse, furieuse à l’idée de la moindre parcelle de pouvoir qui pourrait lui échapper. Elles représentent toutes deux ce que Napoléon abomine : des femmes libres. La femme de lettres n’hésite pas à tenir tête à Bonaparte. On connaît la réponse de Napoléon à Madame de Staël : « Général quelle est la femme qui a le plus de mérite ? » qui fut : « Madame, celle qui a le plus d’enfants ». Entre Madame Récamier et Madame de Staël, celle-ci est bien-sûr la plus redoutable. Elle est un être d’éloquence, une intellectuelle. Elle s’appuie sur le pouvoir du livre et de la diffusion des idées. « Conseillez - lui de ne pas prétendre me barrer le chemin… Sinon je la romprai, je la briserai » crie Napoléon à son frère Joseph.  

Mais Madame Récamier est aussi, sur son mode, et l’a prouvé plusieurs fois, un personnage irréductible, quelqu’un qui ne se soumet pas. 

Programmation musicale

Jean-François Lesueur
La caverne – Dans ce péril certain
Pierre Yves Pruvot, baryton
Les Agremens
Guy Van Waas, direction
MBF

François Adrien Boieldieu
Allegro brillante – Concerto pour harpe
Nicanor Zabaleta, harpe
Orchestre Symphonique de la Radio de Berlin
Ernest Marzendorfer, direction
DGG

Giacomo Rossini
La promessa
Miah Persson, soprano
Stella Doufexis, mezzo-soprano
Bruce Ford, ténor
Roger Vignoles, piano
HYPERION

Louis Emmanuel Jadin
Introduction et Rondeau pastoral
Marielle Nordman, harpe
Brigitte Haudebourg, pianoforte
ARION

Hector Berlioz
La Captive op 12
Véronique Gens, soprano
Orchestre de l’Opéra National de Lyon
Louis Langrée, direction
VIRGIN

Ludwig Van Beethoven
Quatuor à cordes n°7 en fa maj. op. 59 n°1 – Allegro
Quatuor de Tokyo
Harmonia Mundi

Franz Liszt     
3è Année de pèlerinage – Les Jeux d’eau à la Villa d’Este
Alfred Brendel, piano
PHILIPS

Reynaldo Hahn
Si mes vers avaient des ailes
Felicity Lott, soprano
Graham Johnson, piano
HARMONIA MUNDI

L'équipe de l'émission :