Faites passer
Magazine
Samedi 8 décembre 2018
3 min

Les Maîtres Chanteurs : un chœur pour les avocats du Barreau de Paris !

Avocats, magistrats, greffiers, fonctionnaires de police... chaque mercredi soir à Paris, les membres du corps judiciaires se retrouvent pour interpréter (et travailler) airs d'opéra ou mélodies...

Les Maîtres Chanteurs : un chœur pour les avocats du Barreau de Paris !
., © Getty

En 1994, Maître Claudette Eleini crée Les Maîtres Chanteurs : une chorale pour les professionnels du secteur juridique. « Il n'y avait alors aucune association musicale au Palais de Justice de Paris et, immédiatement, il y a eu un engouement », raconte l'avocate. « Et bien entendu, le nom du chœur s'imposait de lui-même. »

Aujourd'hui les Maîtres Chanteurs rassemblent plus d'une vingtaine de choristes féminines : « Ce n'est pas un choix, précise Claudette Eleini. Mais c'est qu'il est très difficile de trouver des hommes pour une chorale et nous avons donc choisi un répertoire pour voix de femmes. » 

Les Maîtres Chanteurs en répétition dans le 8ème arrondissement de Paris, en novembre 2018.
Les Maîtres Chanteurs en répétition dans le 8ème arrondissement de Paris, en novembre 2018., © Radio France / Nathalie Moller

Ce répertoire (le Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré, l'air des bohémiennes dans La Traviata de Giuseppe Verdi, Premier sourire de Mai de César Franck...), ces choristes-juristes le travaillent afin de l'interpréter en concert, et c'est pourquoi elles visent l'excellence. « Notre chefSamuel Couffignalattache beaucoup d'importance à la musicalité. Il est d'une très grande exigence musicale et c'est ça qui nous permet de nous évader, d'être dans un autre monde, celui de la beauté. »

L'intéressé sait toutefois adapter ses exigences : « Il ne faut pas oublier pourquoi ces personnes sont ici, dans un chœur, fait remarquer Samuel Couffignal. C'est avant tout par plaisir, par envie de partage et de rencontres dans un cadre qui n'est pas celui du travail. » 

Car si les Maîtres Chanteurs aiment à se retrouver pour des soirées amicales, elles se croisent et se côtoient aussi au Palais de Justice de Paris. « Nous avons des professions qui ne sont pas faciles, qui sont même de plus en plus difficiles, et la musique apporte une sérénité, une consolation », explique Maître Claudette Eleini qui reconnait par ailleurs avoir « totalement oublié l'audience » du matin, celle du procès en appel de Jawad Bendaoud. « J'avais aussi complètement oublié que ça recommençait demain ! »

L'équipe de l'émission :