Faites passer
Magazine
Samedi 10 novembre 2018
3 min

Un grand choeur amateur pour L'Enlèvement au Sérail !

Pour sa production 2018-2019 de L'Enlèvement au Sérail de Mozart, la Co[opēra]tive invite des choeurs amateurs à se produire sur scène, au côté d'artistes professionnels.

Un grand choeur amateur pour L'Enlèvement au Sérail !
Répétition de L'Enlèvement au Sérail par la Co(opéra)tive à Besançon, octobre 2018. , © Radio France / Nathalie Moller

Née de la réunion de trois Scènes nationales (Besançon, Dunkerque, Quimper) et du Théâtre Impérial de Compiègne, sous la direction de Loïc Boissier, la Co[opēra]tive a pour ambition de favoriser et faciliter l'accès du public à l'art lyrique, que ce soit par l'implication de jeunes artistes, les choix de mise en scène ou l'implication de musiciens amateurs.  

Après avoir produit Les Noces de Figaro de Mozart en 2015, Gianni Schicchi de Puccini en 2017 et Rinaldo de Haendel en janvier 2018, la Co[opēra]tive renoue avec le répertoire du grand maître viennois en proposant une nouvelle interprétation de L'Enlèvement au Sérail

« C’est une oeuvre qui parle de l’autre, explique Anthony Lo Papa, chef de choeur. Dans la Vienne de l’époque de Mozart, c'est une oeuvre qui parle des turcs et je pense que c’est un opéra politique qui parlait vraiment à cette époque là de la question de l’étranger, de la question de l’altérité, et qui trouve évidement un écho dans le monde d’aujourd’hui. »

« La Coopérative a voulu confier les choeurs de cette oeuvre à des chanteurs issus de la diversité, ou des gens qui ne font habituellement pas de la musique classique, qui ne sont pas habitués à ce répertoire là… »

L'inclusion d'amateurs dans cette production de L'Enlèvement au Sérail relève donc d'une démarche sociale, permettant à un nouveau public de découvrir l'opéra et de montrer aux spectateurs que l'art lyrique peut être accessible à tous, mais il faut par ailleurs y trouver une cohérence artistique : 

« L'Enlèvement au Sérail est une occasion unique pour des choeurs amateurs de rejoindre une production professionnelle, remarque Julien Chauvin, chef d'orchestre. Dans cet opéra, Mozart utilise le choeur comme un choeur populaire. La mélodie est simple, il y a beaucoup d'unisson, le chant est assez scandé... Et donc nous avions envie d'associer à cette production des choeurs des villes dans lesquelles on allait jouer. »

Ce sont donc différents choeurs amateurs qui se joindront dans chaque ville aux artistes de la Co[opéra]tive ; dans une mise en scène de Christophe Ruhles (Le GdRA), accompagnés par Le Concert de la Loge sous la direction de Julien Chauvin. A Besançon, par exemple, ce sont les membres de l'association Miroirs de Femmes - Reflets du Monde qui se produiront sur scène. 

> Les 13 & 14 novembre 2018 : Les 2 Scènes - Scène nationale - Besançon - Création
> Le 17 novembre : Théâtre Sénart - Scène nationale
> Les 23 & 24 novembre : Théâtre Impérial - Compiègne> Les 27, 29 et 30 novembre : Théâtre de Cornouaille - Scène nationale - Quimper
> Les 4 & 5 décembre : Le Bateau Feu - Scène nationale - Dunkerque> Les 9, 11 et 12 janvier 2019 : Les Quinconces - L’espal - Scène nationale - Le Mans

L'équipe de l'émission :