Du côté de chez Pierre
Magazine
Lundi 17 juin 2013

André Suarès : sur la musique (Actes-Sud) , (1/4)

La fin de la saison radiophonique approche...
Une semaine que nous allons consacrer à un auteur relativement méconnu pour un créateur de sa stature, mais qui possède une aura bien particulière, André Suarès.
Philippe Caubère dit de lui qu'il est un grand génie au destin maudit, et que ses textes écrits avant la 2nde guerre mondiale sont tragiquement prophétiques et flamboyants. André Suarès était né à Marseille en 1868. Elève de l'ENS rue d'Ulm, il y devient proche de Romain Rolland. A partir de 1912, il devient avec André Gide, Paul Claudel et Paul Valéry, un des principaux animateurs de la NRF.
Suarès partage une qualité avec Marcel Proust, ils ont tous les deux beaucoup écrit sur la musique. Suarès écrit un jour à la dérobée « L'homme qui ne vit pas l'amour de la musique peut aimer ; mais il n'aime pas l'amour, et c'est un pauvre coeur que le sien ». Suarès a donc beaucoup écrit sur la musique, notamment des études sur Bach, Beethoven, Wagner ou Debussy. Mais les propos de Suarès qui vont nous occuper cette semaine proviennent de divers et brefs textes rassemblés par Stéphane Barsacq dans un ouvrage appelé Sur la Musique et publié par Actes Sud ces jours-ci.
Et pour débuter cette série, Suarès nous parle, entre autre de l'Europe musicale, de la voix des chanteuses mais aussi des prétentions musicales de Nietzsche.

Extrait de lecture :

"L'art se moque des lois qu'on prétend lui donner, comme la vie se moque des principes.
En art, la théorie bien définie et bien bornée par les arpenteurs de la doctrine est le plan du médiocre et souvent de l'absurde. A tout coup, le dogme est paradoxe.
Nietzsche en est le plus curieux exemple. A quel parti pris aveugle la théorie ne conduit-elle pas un esprit de cette trempe pour lui faire préférer Carmen à Tristan ?"


Références :

Livre

André Suarès : Sur la musique

Préface de Stéphane Barsacq

Actes Sud

André Suarès (1868-1948) a été compté au rang des plus grands écrivains de sa génération, comme ses amis Paul Claudel, André Gide, Romain Rolland ou Charles Péguy. De son livre sur Wagner (1899) à sa mort, il n'a cessé d'écrire sur la musique, avec une ardeur qui ne se compare qu'à celle de Marcel Proust. Ce livre réunit pour la première fois l'ensemble de ses "pensées sur la musique" parues dans La Revue musicale, ainsi que des textes inédits.

Disque

Programmation musicale du jour

♫ Manfred meditation
Friedrich NIETZSCHE
John Young BELL
Thomas COOTE
85535 NEWPORT CLASSIC NPD

♫ Ballade que Villon feit à la requeste de sa mere pour prier nostre dame des trios ballades de François Villon
Claude DEBUSSY
Stéphane DEGOUT
Hélène LUCAS
5209 NAIVE V

♫ Sonetto 47 del petrarca de la deuxième année de pèlerinage en Italie
Franz LISZT
Bertrand CHAMAYOU
5260 NAIVE V

Ailleurs sur le web

Mots clés :