Disques de légende
Programmation musicale
Mardi 6 avril 2021
15 min

Nadia Boulanger dirige le Requiem de Fauré

Ce 17 février 1962, le public est venu entendre, à Carnegie Hall, le troisième de quatre concerts dirigés par Nadia Boulanger, la première femme à monter au pupitre du New York Philharmonic. Trois psaumes de sa sœur Lili seront précédés dans le programme par le Requiem de Gabriel Fauré.

Nadia Boulanger dirige le Requiem de Fauré
Orchestre Philharmonique de New-York. Enregistrements historiques de 1923 à 1987, © NYP

Leonard Bernstein, monté sur scène, précise qu'il sera donné en mémoire de Bruno Walter, mort le matin même. « Un homme qui n'était que gentillesse, chaleur, bonté et dévotion. Nous ne pouvons que le pleurer et lui rendre hommage. » L'émotion palpable des interprètes et du public charge cette exécution d'une exceptionnelle ferveur.

Nadia Boulanger, une école américaine 

Quincy Jones, Astor Piazzolla, Michel Legrand, Daniel Barenboim... La liste est longue des musiciens qui ont eu Nadia Boulanger pour professeur. La vie de Nadia Boulanger est dévolue à l'enseignement jusqu'au Conservatoire américain de Fontainebleau, dont elle sera directrice à partir de 1953, ou au sein d'institutions anglo-saxonnes aussi prestigieuses qu'Harvard, le Peabody Conservatory de Baltimore et la Juilliard School de New York.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

D'Aaron Copland à Michaël Levinas, d'Elliott Carter à Daniel Barenboim, en passant par Betsy Jolas, Iannis Xenakis, Pierre Henry, Philip Glass, Tristan Murail, George Benjamin, l'élite des compositeurs du XXe siècle est passée par la "boulangerie" - c'est ainsi que sera surnommée la cohorte de musiciens ayant subi son influence aux Etats-Unis. 

"Avant 1914, il n’y avait pas de grand compositeur américain. Mais lorsque des gens comme Aaron Copland ou Elliott Carter se sont présentés à elle, elle les a encouragés à puiser leurs influences sur leur propre continent : le jazz, le gospel, les répertoires traditionnels… Ainsi, Piazzolla, dans les premières créations qu’il lui a fait entendre, lui paraissait terriblement classique. Son grand mérite est d’avoir intégré des éléments de la culture américaine dans la culture savante. Sans elle, les compositeurs des États-Unis auraient continué à imiter la musique telle qu’on la pratiquait en Europe au XIXe siècle", déclarait récemment Astrig Siranossian, dans une interview à Télérama.

L'émission du jour :

L'équipe de l'émission :