Disques de légende
Programmation musicale
Mardi 30 mars 2021
15 min

11 avril 1902 : Enrico Caruso, première séance d'enregistrement

Une séance légendaire ! En 1902, le marché du disque n’en est qu’à ses balbutiements. Les compagnies cherchent à s’attacher les vedettes de l’opéra. Fred Gaisberg, représentant de la Gramophone Company, après avoir entendu Enrico Caruso à la Scala, propose au ténor d’enregistrer pour son label...

11 avril 1902 : Enrico Caruso, première séance d'enregistrement
Photographie du ténor italien Enrico Caruso (c. 1900), © Getty / Hulton-Deutsch Collection

Un cachet exorbitant

Le jeune Caruso, très sûr de lui, exige 100 livres de cachet pour la session d'enregistrement ; exorbitant, disent les bureaux de Londres. Fred Gaisberg cède, et le 11 avril, il accueille le chanteur au Grand Hôtel de Milan. Dans une chambre ont été installés un pavillon en forme de cloche et un système de captation rudimentaire : la matrice de cire ne permet alors qu’une seule prise. 

Première star internationale du disque

En deux heures, Enrico Caruso livre une dizaine d’airs, prélude aux 240 titres qu’il gravera par la suite et qui feront de lui, avec ses cachets exorbitants et ses millions de ventes, la première star internationale du disque. Gaisberg déclarera un jour : « les enregistrements de Caruso ont mis au monde le gramophone ».

Parmi ces dix titres figure une première version d’Una furtiva lagrima, extrait de l’Elixir d’amour de Donizetti, pour lequel le ténor italien réalise une brève cadence. Et en peu de temps, voulant imiter Caruso (ou son succès), tous les ténors du monde adoptèrent cette cadence, non seulement dans leurs propres disques, mais sur scène. Certains finirent par croire la cadence écrite par Donizetti lui-même !

L'émission du jour :

L'équipe de l'émission :