Mardi 23 décembre 2014
1h 28mn

Hommage à Hugues Le Bars

Les aventures sonores de ce soir rendent hommage à l'inclassable compositeur et musicien Hugues Le Bars, récemment disparu, mais qui nous a laissé quantité d'objets sonores. Nous lui rendons hommage en compagnie de son frère Olivier Lebars.

Il y a des musiciens dont on connaît la musique sans pouvoir associer un nom, cela les classe irrémédiablement dans la rubrique des inconnus célèbres. Ainsi en est-il d’Hugues le Bars dont l’itinéraire est le reflet d’une personnalité qui faisait de la discrétion un crédo préférant magnifier les sons que son égo.
Auteur de musiques pour des films, de génériques pour la télévision et la radio, de musiques pour les ballets de Maurice Béjart, dont il était l’un des compositeurs fétiches, avait la particularité de mêler les sons réels à son écriture, notamment les voix, dont il était devenu maître du détournement.
Il joua ainsi avec les mots sonores d’André Malraux, de Maurice Béjart, d’Eugène Ionesco, de Sonia Rykiel ou encore de Patrice Chéreau, donnant à ces timbres une vie nouvelle faite de dérision respectueuse.
Hugues le Bars c’est aussi la musique de films avec des créations pour Bertrand Blier, Coline Serreau ou Jérôme Boivin sans oublier nombre de génériques pour la radio et la télévision comme en témoigne le célèbre Bébé funk, le «poum, chak poum poum» de l’émission «La Grande famille» ou la Bande Originale du dessin animé "Oggy et les cafards".

Hugues Le Bars s’en est allé, le 1er novembre dernier, laissant derrière lui une oeuvre riche, jalonnée de pépites sonores. Pour nous parler d’Hugues Le Bars, du compositeur et de l’homme, nous nous sommes entretenus avec Olivier Le Bars, son frère.
Bruno Letort.

Extrait d'interview de Maurice Béjart (Musique de Hugues Le Bars) // Archives INA
Extrait de "La poésie du bricolage" de Claude Levy-Strauss, lu par Olivier Le Bars

Programmation musicale :
Zezzey
Bébé Funk
Arithme
J'en ai marre

Extraits des CD "Zinzin " et "J'en ai marre ", édités chez NOCTURNE

Quelques lignes d'Olivier Le Bars..
"Dans les dernières années (depuis plus de vingt cinq ans) il s'était trouvé un endroit complètement irréel, dans une plaine déserte au milieu des champs à perte de vue, endroit isolé, comme un rêve, avec Marie sa compagne, sa femme, non loin de Monfort -Lamaury où habitait Maurice Ravel, qui, comme lui, s'est absenté de lui- même avant de disparaitre.
En cet endroit, lorsqu'on prenait le café le matin devant la maison, on entendait rugir les lions dans la campagne, les lions invisibles du domaine très proche de Thoiry."

PLUS :
L'Hommage à Hugues Le Bars sur FRANCE CULTURE

L'équipe de l'émission :