Jeudi 22 septembre 2016
2 min

Les labels du Ministère de la culture

Le Ministère de la Culture propose de plus en plus de labels pour les structures culturelles et notamment musicales. Notre chroniqueur Antoine Pecqueur nous propose de revenir sur cette mesure et les enjeux territoriaux sous-jacents...

Il n’y a pas que le jambon (entre autres) qui a droit à son label : l’Etat labélise à tout va et ce, même dans la culture.
En effet, dans un contexte où le Ministère ne peut augmenter ses subventions, il subsiste toutefois la possibilité d'octroyer des labels, qui viennent d’ailleurs d’être encore mieux définis par la loi Liberté de création, architecture et patrimoine. On compte 12 labels dans le spectacle vivant dont 2 pour la musique, les orchestres nationaux et les opéras nationaux.
Pour les orchestres nationaux, nombreux leurs sont consacrés et le Ministère ne devrait pas en créer de supplémentaire. Ce sont surtout les opéras nationaux qui sont au centre des discussions car beaucoup de maisons d’opéras ne bénéficient pas de ce label, on en compte que 5 en province.
Pourquoi, par exemple, Dijon ne l’est pas quand Nancy l’est ? Les critères sont peu clairs et on ne sait quoi prendre en compte entre le bassin de population (si oui, Marseille devrait l’être), la qualité artistique (et le débat devient dès lors subjectif)...

Pourquoi les opéras veulent-ils être labellisés ?
Il faut savoir que dans l’immédiat, cela ne change rien aux subventions versées à ces opéras dits nationaux. Toutefois, cela peut changer sur la convention qui lie la structure à l’Etat et surtout, cela peut avoir un impact sur l’image de l’établissement. Laurent Joyeux, à la tête de l’Opéra de Dijon expliquait récemment à nos confrères de News Tank qu’un tel label permettrait pour son opéra de séduire davantage de mécènes et même de conquérir plus de public. Néanmoins, en accordant un label, l’Etat peut créer des jalousies et des risques de main mise d’une maison sur tout un territoire, d’autant qu’avec la nouvelle carte des régions, le paysage lyrique devient bien complexe.
Cette question de labellisation reste entre les mains de Marc-Olivier Dupin, nouveau « Monsieur Musique » au Ministère de la culture, succédant ainsi à Eric Denut, désormais chez Radio France en charge de l’Orchestre National.

La labellisation s’annoncerait-elle comme un premier pas avant la mutualisation ? L’Opéra de Rennes pourrait bien se rapprocher d’Angers-Nantes Opéra tandis qu’Avignon et Marseille sont toujours en discussion à ce sujet…

L'équipe de l'émission :
Mots clés :