Jeudi 29 septembre 2016
2 min

Le projet de loi de finances 2017 et son impact sur la culture

Ce matin, notre chroniqueur Antoine Pecqueur revient sur le Projet de Loi de Finances 2017 qui arrivera le 18 octobre à l’Assemblée… Petit éclairage sur son potentiel impact sur le secteur culturel…

Actuellement, le budget du Ministère de la Culture est en hausse de 5.5%. Les moyens de la rue de Valois s’élèvent ainsi à 10 milliards d’euros, une hausse historique dont s’est félicitée la ministre, Audrey Azoulay. Cette bonne nouvelle compense ainsi la brièveté de son poste.

Cependant, cette nouvelle reste confuse…
En effet, pendant la campagne des présidentielles, François Hollande avait promis de sanctuariser le budget de la culture, or, une fois élu, il fût diminué une année, puis une seconde... En 2013, le budget avait baissé de 4 % puis de 2% en 2014. C’est la ministre d’alors, Aurélie Filippetti, qui en avait fait les frais.

Néanmoins, lors du deuxième gouvernement de Manuel Valls, alors que Fleur Pellerin était rue de Valois, le budget s’était stabilisé en 2015 pour repartir vers une hausse de 2,7% en 2016. L’augmentation budgétaire prévue dans ce Projet de Loi de Finances de 2017 s’élève à environ 5 % (ce pourcentage varie un peu si on inclut le Fonds d’urgence pour le spectacle vivant, créé au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Malgré ces actions louables, les irrégularités de ce budget font apparaitre le peu de vision ou de stratégie de la part de François Hollande dans ce domaine. Même s’il n’est pas le seul à qui on peut adresser ce reproche, à quelques mois des élections, une telle hausse peut apparaitre comme électoraliste. Il sera bon pour François Hollande, s’il se représente, de compter sur les voix du monde de la culture qui peuvent être tentées soit par la gauche radicale, soit par le centre-droit, surtout lorsque des candidats comme Alain Juppé ou Bruno Lemaire ne portent que peu d’attention à ce secteur…

Cette hausse du budget touchera tous les secteurs du ministère, mais avec des priorités.
Tout d’abord, la jeunesse, sujet de faible importance pour le Ministère de la Culture, est mise en avant. Ensuite, une autre priorité plus contextuelle est ciblée, suite aux attentats, le ministère compte aider les structures comme les musées nationaux qui ont pu souffrir de la baisse du tourisme. Le Ministère aide aussi les spectacles vivants, qui outre parfois des baisses de fréquentation, doivent faire face à d'importantes dépenses en termes de sécurité. Le Fonds d’urgence de soutien au spectacle vivant s’élève à 14 millions d’euros est évidemment maintenu, dont 8 millions sont pris en charge par le Ministère de la Culture. L’Etat accompagnera également l’année prochaine la construction de nouveaux équipements culturels, comme le Centre de création contemporaine Oliver Debré à Tours, ou la nouvelle Comédie de Saint-Etienne. De plus, l’un des volets les plus intéressants, et les plus pertinents, est la mise en place du fonds national pour l’emploi pérenne dans le spectacle, qui représente 90 millions d’euros. Ce fonds permettra de développer les CDI dans ce secteur et de lutter contre les dérives du régime de l’intermittence.

Enfin, Audrey Azoulay n’oublie pas son ancienne maison, le CNC, avec un soutien pour la filière à l’exportation.
Malgré cet ambitieux programme, un unique problème se dégage, et pas des moindres : il ne reste que peu de temps avant les élections présidentielles pour mettre cela en place. De l’annonce à la réalité, le temps presse pour l’exécutif…

L'équipe de l'émission :
Mots clés :