Vendredi 7 octobre 2016
2 min

Le fiasco de la Deutsche Bank : quel impact pour la culture en Allemagne ?

Tout juste revenu d’Allemagne, Antoine Pecqueur notre chroniqueur revient sur le fiasco de la Deutsche Bank qui crée des remous, jusque dans le monde musical…

La Deutsche Bank est le principal sponsor de l’orchestre Philharmonique de Berlin, la première banque allemande qui soutient l’orchestre allemand le plus prestigieux, une alliance toute naturelle et qui dure depuis un quart de siècle. Toutefois, il n’est pas lieu ici de mécénat mais bien de sponsoring. La Deutsche Bank finance deux actions de l’orchestre, tout d’abord le programme éducatif qui vise en particulier les enfants des quartiers socialement difficiles de Berlin. Un chœur d’enfants et d’adolescents a d’ailleurs récemment été créé dans ce cadre. L’autre opération que la Deutsche Bank soutien, est le « digital concert hall », cette plateforme de retransmission sur le web des concerts des orchestres philharmoniques. Il a fallu pour rendre possible ces captations, équiper toute la philharmonie de caméras automatiques d’un studio numérique. Un investissement de base qui peut être facilement estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros et qui aurait été impossible sans le soutien de la Deutsche Bank. Pour visionner les vidéos il faut payer un abonnement, la formule de base coûte 15€ par mois.

Cependant, les recettes ne couvrent évidemment pas les dépenses, et l’aide de la Deutsche Bank qui est le sponsor exclusif de l’orchestre, est capitale. Mais on n'en saura pas plus. Le directeur général de l’orchestre Martin Hoffmann, a refusé toute demande d’interview à ce sujet. Impossible de connaitre le montant que donne la Deutsche Bank à l’orchestre, d’autant que la déroute de la banque, intervient dans une période de mutation pour l’orchestre philharmonique de Berlin. Cette semaine, le chef Kirill Petrenko a enfin signé son contrat de directeur musical. Il succède donc ici à Simon Rattle à la tête de la phalange, et comme l’a révélé notre confrère Manuel Bruck de Die Welt, qui est un des journalistes allemands les plus informés en matière de musique classique : Le philharmonique de Berlin aura à partir de septembre 2017 également une nouvelle directrice générale Andrea Zietzschmann actuellement directrice de la radio nord allemande à Hambourg. Alors dans quel état trouvera-t-elle à son arrivée le partenariat avec la Deutsche Bank ?

On se souvient qu’après la crise des subprimes en 2008, la banque suisse UBS avait dû arrêter son soutien à l’orchestre du festival de Verbier. Remarquons toutefois qu’à la rentrée, John Cryan l’actuel patron de la Deutsche Bank s’est fendu d’une lettre à ses équipes, dans laquelle il parle laconiquement d’une période de restructuration pour la banque et incite ses équipes à être encore plus innovantes. Il explique qu’au cours de cet été, qui ne fût pas particulièrement calme pour la banque, il eut besoin de moments relaxants. Il est ainsi allé avec sa femme écouter un concert de l’orchestre que la banque soutient, les « Berliner Philharmoniker ».

La culture comme échappatoire à la crise, il n’est pas certain que cela suffise à justifier l’aide allouée à l’orchestre tandis qu'hier la Deutsche Bank annonçait la suppression de 1 000 emplois en plus en Allemagne.

L'équipe de l'émission :
Mots clés :