Création Mondiale
Magazine
Vendredi 1 septembre 2017
5 min

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier (5/5)

Les Alla Breve de France Musique ouvrent une nouvelle saison sous un nom nouveau : "Création mondiale" Cette semaine, nos miniatures sont signées Jonathan Pontier et elles sont jouées par l'Ensemble K/D/M, dédicataires de la pièce !

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier (5/5)
Le trio KDM et Jonathan Pontier en enregistrement au studio 107, © Radio France / Dimitri Scapolan

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier
pour trois musiciens
Ensemble K/D/M :
Gilles Durot et Victor Hanna, percussions
Anthony Millet, accordéon
Création enregistrée le 23 juin 2017 à Radio France

Cinquième jour : VENDREDI

Par le truchement d'une fable, Jonathan Pontier s'interroge sur la façon dont lui, compositeur, vit chaque journée de travail.
Le Vendredi est une journée d'accélération du temps. La pulsation est dansante, car le corps doit toujours s'y retrouver dans la musique de ce compositeur venu à la musique par le rock !

Chaque jour, un extrait de cette fable est lu par le compositeur / conteur iranien Alireza Farhang...

5- Le coeur ne vaut rien sans les corps (Vénus, vendredi)

Certes ta pause se rapproche, tu vas pouvoir te consacrer aux tiens, à ta maison, ta famille, à ceux que tu aimes. Mais mets à profit ce jour pour finir ce que tu as entamé en début de semaine, sans trop de force, avec patience. Mets de l’ardeur dans ce que tu fais, aime ce que tu fais, pour quitter ton activité avec le sourire et l’envie de la retrouver avec l’arrivée d’un nouveau cycle, d’une nouvelle lune, d’un nouveau calendrier ! Montre aussi ta reconnaissance et ta gratitude à tes collègues de travail en leur souriant, en les aimant de tout ton coeur, de tout ton corps. C’est ça : laisse un peu de ton coeur et de ton corps à l’endroit où tu travailles.
قلب بدون اجرام* هیچ است (ناهید،جمعه)

Pause (tavaqof) توقف

Il était tard. L’étudiant que j’étais et que je suis toujours referma le livre de fables.
Fatigué, mais le coeur empli d’une confiance sourde d’une ancienne sagesse qui le traversait, il se dit qu’il pourrait ici, maintenant, dans ce monde qui ne cesse d’accélérer, utiliser ces quelques maximes pour la semaine suivante. Enfin, si Dieu le voulait.

+ Retrouvez le Bréviaire calendaire surréel de Jonathan Pontier dans son intégralité demain samedi 02 septembre à 23h30 !