Création Mondiale
Magazine
Lundi 28 août 2017
5 min

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier (1/5)

Les Alla Breve de France Musique ouvrent une nouvelle saison sous un nom nouveau : "Création mondiale" Cette semaine, nos miniatures sont signées Jonathan Pontier et elles sont jouées par l'Ensemble K/D/M, dédicataires de la pièce !

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier (1/5)
Le trio KDM et Jonathan Pontier en enregistrement au studio 107, © Radio France / Dimitri Scapolan

« Les petites choses terrestres et célestes » de Jonathan Pontier
pour trois musiciens
Ensemble K/D/M :
Gilles Durot et Victor Hanna, percussions
Anthony Millet, accordéon
Création enregistrée le 23 juin 2017 à Radio France

Premier jour : LUNDI

Deux percussionnistes et un accordéoniste dans notre studio le 23 juin dernier. Le trio KDM a donné naissance à un drôle d'objet sonore : une musique qui a intégré pleinement l'idée des Alla Breve, des jours de la semaine, à tel point qu'elle prend elle-même la forme d'un semainier, d'un bréviaire calendaire.
Ce bréviaire nous emmène cette semaine, jour après jour, dans l'univers du conte, de la fable philosophique.

Chaque jour, un extrait de cette fable est lu par le compositeur / conteur iranien Alireza Farhang...

1- Retour des muscles lents (Lune / lundi)
Ne jamais vouloir aller trop vite un lundi : la passivité de la Lune t’aidera a t’éveiller à ce qui te reste à accomplir bientôt, sans contrainte trop lourde, sans promesse que tu ne pourras tenir. Sois poreux à tes marées intérieures et ne te laisse pas aller à un rythme effréné, sans maîtrise.
ازگشت ماهیچه های کند (ماه_دوشنبه)

Partition Les petites choses terrestres et célestes de Jonathan Pontier
Partition Les petites choses terrestres et célestes de Jonathan Pontier, © Radio France / Dimitri Scapolan

Prologue :Les petites choses terrestres et célestes (Bréviaire calendaire suréel)

Il ne pouvait s’empêcher d’avoir les yeux rivés aux lettres d’or du vieux livre à la couverture de cuir.
Cela faisait au moins cinq minutes qu’il le contemplait ardemment, avec l’envie du mystère.
Puis, n’en pouvant plus, il s’en empara, erra au hasard dans quelque recoin reculé de la bibliothèque, s’agenouilla, et lut pour lui-même au hasard, quelque part au hasard, dans ce qui ressemblait à une fable :

“A toi qui a des yeux pour regarder,
des oreilles pour écouter,
un coeur pour sentir !”

C’est ainsi que parlait l’horloger à son jeune disciple,
“Il se peut que parfois,
l’alignement des astres soit aussi resserré que les activités de ton calendrier !
Certes les jours passent vite, il faut, sans plus attendre,
savoir faire rimer, dans ton coeur et ton esprit,
les deux pôles que constituent l’action et la contemplation !

“Le calendrier est un levier, et non un maître !
Ainsi que l’horoscope est une science,
et non quelque devinette pour quotidien gratuit !”

Il réfléchit, puis reprit :
“Imagine t-on la lune sentir le temps s’accélérer, ainsi qu’humains nous le percevons,
Imagine t-on le soleil angoisser de peur de mal faire, ainsi que nous humains le craignons parfois, souvent ?

Et, montrant du doigt le ciel par la fenêtre.
“L’univers perçoit-il d’autres terrestres notions telles que le poids des ans, la chute des corps, la fatigue en fin de semaine, le besoin de pouvoir sur ses congénères ?
La face de l’horloger s’illumina.
“Pourquoi alors, nous, poussières d’étoiles, devrions plus que tout autre corps subir la mécanisation du monde ?
La machine aide l’homme, mais l’homme n’est-il pas malléable à son tour pour devenir aussi docile face à cette machine, qui existe pourtant dans le seul but de l’assister ?”

L’élève, en sueur tant il buvait les paroles de son maître, se demandait aussi comment répondre à ce dilemme, quand le vieux trancha net :

“Vaines questions !!!
Il se gratta la tête, et reprit :
“Nous sommes déjà en constante rotation, en constante révolution, alors après quoi courons-nous quand nous pensons pouvoir dépasser la vitesse de la lumière et du temps alors que rien de tout cela n’existe réellement en dehors de nous ?

Nous n’avons qu’à nous harmoniser dans ce rythme, notre rythme, notre seule mission et de trouver notre orbite et nous y placer sagement !
Certains humains seront rapides, d’autres plus lents, mais chacun à son tempo et sa chaleur, chacune sa couleur, sa période et sa pulsation.
C’est ainsi le meilleur moyen de traverser cet espace-temps qui nous est offert comme un présent…
C’est d’ailleurs sans doute pour cela que l’on a nommé ce présent… LE présent.

Le vieux jeta un regard confiant sur son disciple et dit enfin :
“Réfléchis-y petit”.

A ce moment-là, il sortit d’un tiroir un petit mémo gravé sur une plaque de bois qu’il tendit à l’élève, et sur lequel on pouvait lire, en alphabet latin à gauche et persan à droite :
ازگشت ماهیچه های کند (ماه_دوشنبه)

L'équipe de l'émission :