Création Mondiale
Magazine
Mercredi 7 octobre 2020
5 min

« Iridescences » pour théorbe et environnement électroacoustique de Pascale Jakubowski (3/5)

C’est le théorbe joué par Caroline Delume qui s’invite cette semaine dans Création Mondiale, à la faveur d’une suite sonore de Pascale Jakubowski mixée au GRM de la radio : ses Iridescences pour théorbe et environnement électroacoustique.

« Iridescences » pour théorbe et environnement électroacoustique de Pascale Jakubowski (3/5)
Pascale Jakubowski et Caroline Delume, © Francis Proudhom et Nicole Bergé

« Iridescences » pour théorbe et environnement électroacoustique de Pascale Jakubowski
Avec Caroline Delume, théorbe  
Création en collaboration avec le GRM

« L’iridescence est la faculté qu’ont certains corps composés de microstructures complexes de faire apparaître différentes couleurs, selon l’angle de vue adopté et l’intensité de la lumière qui se dépose sur eux.  
Caroline cherchait des paysages de montagnes où s’accroche la brume matinale. Je l’ai invitée chez moi (Parc régional du Pilat).  
Sous ses doigts s’ouvraient d'infinis champs d’explorations, avec cette passion inépuisable pour la recherche qui repousse sans cesse les frontières du possible. »  
Pascale Jakubowski.

« Quand j’ai présenté le théorbe à Pascale, elle a compris très vite à quel point le théorbe savait colorer les figures. Pascale en a inventé d’autres…  
Quand j’écoute les Iridescences de Pascale, avec l’ajout de l’environnement électroacoustique, je vois des images cinétiques : un jeu de miroirs, un art cinétique musical »  
Caroline Delume.

Un merci spécial à Emmanuel Richier et Philippe Dao, du GRM de Radio France

Troisième tableau :

« Dans ce troisième moment, bol tibétain, cymbale, archet, timbale et lutherie électronique sont convoqués pour développer des couleurs spectrales qui s’accrochent aux arpèges d’un théorbe évoquant différentes périodes de l’histoire de la musique occidentale. »
Pascale Jakubowski

Aujourd’hui mercredi, une miniature rêveuse et mystérieuse, dans laquelle les sons du théorbe sont nimbés de sons aériens.  "Un peu comme le grand arc-en-ciel qu'on trouve dans les représentations de la messagère Iris apportant les bonnes nouvelles. »
Caroline Delume

L'équipe de l'émission :