Création Mondiale
Magazine
Jeudi 30 août 2018
5 min

" Hommages ramifiés " pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta (4/5)

Le compositeur de la semaine dans Création Mondiale est Carlos Fontcuberta. Pour les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, il a imaginé une suite de miniatures baptisées Hommages Ramifiés.

" Hommages ramifiés " pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta (4/5)
Carlos Fontcuberta@CF et Elena Schwarz par C.Abramowitz@Radio France

« Hommages ramifiés » pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta
Par les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction Elena Schwarz
Création enregistrée à Radio France le 05 juin 2018

Concerto en Port Lligat (...à Salvador Dalí et Xavier Montsalvatge)

Carlos Foncuberta est un musicien de la couleur. C'est très sensible dans le quatrième Tableau de sa suite pour quinze instrumentistes ; un mouvement traversé par la lumière de la Méditerranée et les couleurs des toiles de Salvador Dali. Un homme ramifié là encore, qui nous mène de Dali, à Wagner et Montsalvatge, le compositeur espagnol. La mémoire de Carlos Fontcuberta  est une mémoire à la fois sélective et polyphonique. Elle s'amuse à tisser des liens entre des influences très diverses...

CONCERTO EN PORT LLIGAT, par Carlos Foncuberta 

" Encore une fois, cette pièce est construite à partir d'un fragment musical préexistant, extrêmement dilaté. Il s’agit cette fois des accords qui ouvrent leConcerto brevede Xavier Montsalvatge. Ces accords modifiés apparaissent ici au piano, flanqués par des clusters et des glissandi, comme si le pianiste était possédé d’une certaine folie à la Dali. La musique est à la fois turbulente et lumineuse. Elle a aussi quelque chose de typiquement méditerranéen. Les eaux semblent secalmer à la fin de la pièce. On peut reconnaître à ce moment un motif de cor anglais extrait duConcerto breve. Il s’agit d’un motif que j’ai toujours associé de façon instinctive à la lumière de la région de Cadaqués en Espagne, et que Monsalvatge utilise aussi dans sa _Folia daliniana_. A ce motif se superpose le début deTristan et Yseult(Combien de fois Dali a dû l’écouter à Port Lligat sur son tourne disques !). On perçoit seulement le premier accord de l’opéra, baigné dans une lumière méditerranéenne, comme sous l'effet d'une réaction chimique."

L'équipe de l'émission :