Création Mondiale
Magazine
Mardi 28 août 2018
5 min

" Hommages ramifiés " pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta (2/5)

Le compositeur de la semaine dans Création Mondiale est Carlos Fontcuberta. Pour les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, il a imaginé une suite de miniatures baptisées Hommages Ramifiés.

" Hommages ramifiés " pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta (2/5)
Carlos Fontcuberta@CF et Elena Schwarz par C.Abramowitz@Radio France

« Hommages ramifiés » pour 15 musiciens, de Carlos Fontcuberta
Par les musiciens de l'Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction : Elena Schwarz
Création enregistrée à Radio France le 05 juin 2018

" Nebelstück " (...à Gérard Pesson et Francis Poulenc)

En 2013, Carlos Fontcuberta, musicien né à Valence en Espagne, a terminé ses études de composition au CNSM de Paris auprès du compositeur et pédagogue Gérard Pesson. Une rencontre décisive, restée gravée dans sa mémoire. C'est à Gérard Pesson justement que Carlos Fontcuberta rend hommage dans le deuxième tableau de sa suite.   Et comme un hommage ne vient jamais seul dans cette partition placée sous le signe des ramifications, cette " Nebelstück " (ou "pièce de brouillard") a - comme toutes les autres -  sa propre toile de correspondances...

NEBELSTÜCK, par Carlos Fontcuberta 

"Une petite confusion m'a fait penser pendant quelque temps que le titre Nebenstück ,"Pièce à côté", de deux œuvres de Gérard Pesson, voulait dire "Pièce de brouillard", ce qui me semblait aussi beau qu’approprié. L’erreur fut en vérité induite par une seule lettre (l/n), et c'est de là qu'a surgi mon idée de composer une Nebelstück à la manière de Pesson, et en son hommage. L’autre artiste auquel je rends hommage ici est Francis Poulenc, et en effet l’auditeur pourrait avoir l’impression que sa musique se glisse derrière ma propre musiques dans ce deuxième tableau. En réalité le brouillard s'épaissit, car ce qui est proposé n’est pas le filtrage d’une de ses œuvres - comme Pesson l'a fait de son côté avec Brahms et Bruckner -  mais le souvenir d'un hommage à Poulenc écrit par moi-même il y a déjà 15 ans. J'imagine que pour l’auditeur cette référence - transformée grâce à une orchestration pas du tout conventionnelle - peut s'apparenter à une pièce de Poulenc qui n’aurait jamais existé, si ce n'est dans ma mémoire : c’est déjà comme une pièce de répertoire !"

L'équipe de l'émission :