Dimanche 21 février 2021
30 min

« Il y a plus d’eau que prévu sur la lune » de Patricia Alessandrini (diffusion intégrale et portrait)

Nous sommes ce soir en compagnie de la compositrice Patricia Alessandrini et de la flûtiste Keiko Murakami, deux musiciennes qui se connaissent très bien, et cela depuis près de 20 ans, même si finalement elle n’ont pas eu tant d’occasions que cela de collaborer.

« Il y a plus d’eau que prévu sur la lune » de Patricia Alessandrini (diffusion intégrale et portrait)
Patricia Alessandrini et Keiko Murakami, © Françoise Cordey

_«  Il y a plus d’eau que prévu sur la lune »_de Patricia Alessandrini
Pour flûte contrebasse, voix et électroniques
Keiko Murakami, flûte contrebasse et voix
En collaboration avec le GRM, décembre 2020 

Diffusion intégrale et portrait de la compositrice

C’est avec bonheur que la compositrice Patricia Alessandrini et de la flûtiste Keiko Murakami, se sont retrouvées dans les studios du GRM en décembre dernier pour donner naissance à la musique crépusculaire qui nous a occupés toute cette semaine dans Création Mondiale : « Il y a plus d’eau que prévu sur la lune ». Les deux musiciennes ont bénéficié d’une semaine de résidence au GRM, le Groupe de Recherche Musicale, grâce à l’accueil de Philippe Dao et Emmanuel Richier.

C’est Patricia Alessandrini qui a enregistré elle-même les parties instrumentales et vocales de cette page; deux parties de flûte, et de voix dans la flûte, superposées.

L’électronique a été ajoutée à posteriori : ce sont pour l’essentiel des sons très graves qui donnent encore plus d’ampleur aux graves de cette flûte immense (on le voit sur les photos prises en studio, la flûte contrebasse s’articule en 6 parties). Keiko Murakami explore la voix associée au jeu instrumental depuis plusieurs années : elle a même dans son répertoire tout un programme axé sur cette polarité.

Albert Giraud, Arnold Schönberg & Pierrot Lunaire

Sur sa partition sont inscrites des bribes du poème d’Albert Giraud, le Pierrot Lunaire de 1910, et ce sont ces mots qu’elle dit/chante dans la flûte. On voit donc ici le lien entre ce poème et le titre de la pièce !

S’ajoute à cette relation le souvenir de la musique d’Arnold Schönberg, de son Pierrot lunaire bien entendu, et de Herzgewächse. La seconde Ecole de Vienne intéresse beaucoup Patricia Alessandrini ; pour elle, les résonances des musiques de Schönberg, Berg et Webern dans la musique d’aujourd’hui sont nombreuses.

Voyage sur la lune, dans l’atmosphère crépusculaire de la musique de Patricia Alessandrini. Il faut approcher vos oreilles du poste, pour plonger dans les graves très graves de la flûte contrebasse de Keiko Murakami…

La musique de Patricia Alessandrini a une signature très forte, très singulière. Elle se joue souvent dans des dynamiques très subtiles. C’est le cas de Il y a plus d’eau que prévu sur la lune, et de toutes les musiques qui se glissent dans cette émission-portrait !

Retrouvez la version binaurale de la pièce

Ici

Programmation musicale : toutes pièces de Patricia Alessandrini

  • Pastorale (Hommage à Alfred Schnittke) 1998
    Quatuor à cordes, piano et électronique
    Ensemble 2e2m (Amaryllis Billet, Dorothée Nodé-Langlois, Hélène Desaint, Sarah Givelet, Véronique Briel)
    Carlo Laurenzi, informatique musicale 
  • Tracer la lune d’un doigt, pour ensemble avec électronique
    Explore Ensemble
    2017
  • Menus morceaux par un autre moi réunis, pour guitare et électronique
    premier mouvement
    Mauricio Carrasco, guitar
  • Leçons de ténèbres, pour ensemble avec électronique
    Ensemble Recherche
  • ForklaretNat, pour quatuor à cordes (sans électronique!)
    Arditti Quartet
    2012 (live, Darmstadt)
L'équipe de l'émission :