Dimanche 7 juin 2020
30 min

« Cinq Stades de l'existence » pour harpe de Chen Yao (Diffusion intégrale et portrait du compositeur)

Yao Chen, est le compositeur de la semaine dans Création mondiale. Le harpiste Nicolas Tulliez est allé à sa rencontre en 2015 pour lui commander une pièce nouvelle pour harpe solo : Cinq Stades de l'Existence.

« Cinq Stades de l'existence » pour harpe de Chen Yao (Diffusion intégrale et portrait du compositeur)
Nicolas Tulliez et Chen Yao@sites N Tulliez & C Yao

« Cinq Stades de l'existence » pour harpe de Chen Yao
Par Nicolas Tulliez, harpe solo    
Rediffusion de la création enregistrée le 7 novembre 2015 à Radio France

Rediffusion intégrale et portrait du compositeur
Notre intégrale Création Mondiale va être le lieu de la recontitution du puzzle de la semaine ; les Cinq stades de l'Existence de YAO Chen, compositeur actif à Pékin et à qui le harpiste Nicolas Tulliez  a commandé une pièce pour harpe solo en 2015.
YAO Chen s'est lancé avec beaucoup d'enthousiasme dans la composition de cette pièce radiophonique pour France Musique.  Sa connaissance de l'interprète suffisait à installer un rapport de confiance. Seule difficulté à vaincre peut-être : trouver sa voix propre sur de si courtes durées, et par rapport à un répertoire préexistant pour  l'instrument.

La relation entre les parties et le tout, qui est la règle du jeu de nos miniatures, a trouvé son incarnation dans la pièce de Yao Chen,  grâce à l'arrière-plan spirituel sensible dans les titres des mouvements qui renvoient tous à l'un des âges de l'évolution humaine.
Les cinq tableaux de la partition sont des évocations musicales de l'enfance, l'adolescence, la jeunesse, la maturité  et la vieillesse.
L'enfance est associée à un poème baigné de soleil, l'adolescence à la fragrance de l'été, la jeunesse aux routes et parcours sans nombre. La maturité rime avec l'harmonie d'un paysage peint et la vieillesse épouse la silhouette d'un arbre immense.

Nicolas Tulliez nous le dit, la musique de cette suite s'est écrite à des milliers de  kilomètres de la France, sans que le compositeur et l'interprète aient pu échanger, autrement que par les moyens de communication d'aujourd'hui. Vive la technologie ! 

Cela n'a pas empêché le musicien d'entrer dans la musique écrite à son intention et d'intégrer immédiatement  l'arrière-plan spirituel de ces Cinq Stades de l'existence. Le lien de Yao Chen au bouddhisme s'impose ici avec évidence.
Autre évidence, le lien à la musique française et notamment la musique de Debussy que Yao Chen s'est plu à citer dans la musique de sa suite de miniatures. Bien des éléments du parcours de Yao Chen le rapprochent d'une sensibilité française. 

Yao Chen est pianiste. Dès son enfance en Chine, il a été sensibilisé à la musique occidentale. Il a écouté beaucoup de musique française : celle des anciens comme des modernes. Il va jusqu'à dire qu'il y a en Chine une connexion esthétique à la culture française. Yao Chen  a joué au piano la musique de Debussy, à laquelle il est très sensible. Il aime beaucoup sa façon de faire sonner la harpe. Il n'en reste pas moins que les Cinq Stades de l'Existence sont sa première page solo pour la harpe occidentale, et aussi sa première pièce radiophonique.

Nos  miniatures sont souvent le point de départ d’une autre vie au concert  pour les œuvres nouvelles… C’est ce qui s’est passé avec Cinq Stades de l’Existence. Nicolas Tulliez l’a rejouée au Japon, un an après sa création sur les  ondes. Et puis d’autres harpistes internationaux s’en sont emparés,  parmi eux, Yue Guo et Madeline Olson. Nicolas Tulliez pour sa part a continué à se rapprocher des compositeurs pour enrichir son répertoire. On se souvient dans Création Mondiale d’une pièce de Martin Matalon, Trace XII. Il a aussi créé Répliques, une œuvre concertante de Yan Maresz avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Réécoutez l'émission du 24 mars 2018 :

L'équipe de l'émission :