Cordes sensibles
Programmation musicale
Dimanche 22 novembre 2020
28 min

Le piano solaire et profond de Pierre Barbizet

Pierre Barbizet, pianiste célèbre pour son duo mythique avec le violoniste Christian Ferras, fut directeur du conservatoire de Marseille jusqu’à sa mort en 1990. En plus d’une large discographie en duo, il laisse de merveilleux enregistrements en soliste : œuvres de Chabrier, Beethoven, Mozart, Bach

Le piano solaire et profond de Pierre Barbizet
Le pianiste Pierre Barbizet. L’intégrale de ses enregistrements Erato et His Master Voice est parue le 13 novembre 2020 chez Erato (coffret 14 CD), © Warner Classics et Erato

Pierre Barbizet était une personnalité impressionnante, charismatique, haute en couleurs, à l’humour ravageur. Né en 1922 au Chili, il passe son enfance à Arica puis à Santiago avant d’arriver à Marseille à l’âge de 11 ans. Au Conservatoire Municipale, il se lie d’amitiés avec le flûtiste Jean-Pierre Rampal. Plus tard, au Conservatoire de Paris, il fait de brillantes études avec Marguerite Long, ponctuées d’escapades dans les cabarets et piano-bars de la capitale, avec ses amis Pierre-Petit et Samson François. Puis il travaille avec Georges Enesco. En 1949, il remporte le 5ème prix du concours Marguerite Long et c’est à partir de cette époque, que le duo avec Christian Ferras est formé. Pierre Barbizet aura aussi une grande activité de professeur, formant nombre d’élèves. Et de 1963 à sa mort en Janvier 1990, il sera à la tête du Conservatoire de Marseille qu’il fera rayonner. Pour lui, il fallait « que ça chante, même les gammes ».

En plus d’une large discographie en duo avec Christian Ferras, il laisse de merveilleux enregistrements en soliste. Notamment une intégrale de l’œuvre d’Emmanuel Chabrier, musique qui était chère à son cœur : « Digitalement et pour le pur plaisir de l’oreille, je suis un vrai Français. Je suis dans la tradition du piano français et du goût français. » C’était aussi un grand mozartien, avec un sens remarquable du style et une simplicité bouleversante que l’on peut entendre dans la sonate n°12 en fa Majeur, captée à son insu à la fin d’une séance d’enregistrement. Et l’on ne peut qu’admirer une profondeur de discours saisissante dans la Sonate Appassionata de Beethoven. Georges Enesco lui dit sur son lit de mort, en parlant de l’Andante du Concerto italien de Bach : « Le tempo d’une œuvre, c’est celui où les plus petites valeurs restent expressives ».

Programmation musicale :

Emmanuel Chabrier,

10 pièces pittoresques pour piano :
Scherzo-valse

Pierre Barbizet, piano
LYRINX LYR 272

Wolfgang Amadeus Mozart,

Sonate pour piano n°12 en fa Majeur KV 332 :
2ème mouvement. Adagio

Pierre Barbizet, piano
LYRINX LYR 272

Ludwig van Beethoven,

Sonate pour piano nº23 en fa mineur op 57,
« Appassionata » :
1er mvt. Allegro assai

Pierre Barbizet, piano
LYRINX LYR CD 106

Jean-Sébastien (Johann Sebastian) Bach,

Concerto italien en fa Majeur BWV 971 :
2ème mvt. Andante

Pierre Barbizet, piano
LYRINX LYR 272

Ouvrage cité par Marina Chiche :

De Caline Barbizet : Pierre Barbizet. Le chant d'un piano
(Editions Jeanne Laffitte)

.
.
L'équipe de l'émission :