Mercredi 5 février 2020
3 min

Classique info du mercredi 05 février 2020

L'Opéra de Sydney va fermer ses portes durant 2 ans. Le Centre de Musique Baroque de Versailles lance une académie et des résidences. Nous apprenons également que Barbara Hannigan ne chantera pas dans l'Opéra de George Benjamin à la Philharmonie dans le cadre du Festival Présences.

Classique info du mercredi 05 février 2020
L'Opéra de Sydney ferme ses portes durant 2 ans pour travaux, © Getty / Michael Dunning

Le Centre de Musique Baroque de Versailles se lance dans deux nouveaux projets

Cette année l’institution va mettre en place des résidences croisées d’artistes et d’ensembles français, avec des salles et des festivals dans tout le pays. Ainsi, l’ensemble Les Ombres sera en résidence au Centre culturel de rencontre d’Ambronay pendant deux ans. Parallèlement le Centre de musique baroque de Versailles lance cet été la première édition de son académie de musique, de chants et de danse : 200 stagiaires sont attendus.  

Mis à l’honneur par le Festival Présences, Georges Benjamin se raconte dans Télérama 

Des Beatles, au dessin animé Fantasia, le compositeur, pianiste et chef d’orchestre britannique revient sur ces premiers amours musicaux. Il raconte aussi sa formation, entre la France et l’Angleterre, lui qui a fêté ses 60 ans vendredi dernier, jour où était acté le Brexit. 

Barbara Hanigan absente de Written on skin à la Philharmonie 

Suite à la perte d’un proche, la soprano qui devait être sur scène à la Philharmonie de Paris le 14 février, pour l’opéra de Georges Benjamin sera remplacée par Georgia Jarman. 

En Australie, l’Opéra de Sydney ferme ses portes pendant deux ans

C'est une première depuis son inauguration en 1973. Ces travaux coûteront environ 92 millions d’euros. Ils permettront notamment d’améliorer l’acoustique de la salle, très souvent critiquée, jugée « hideuse » notamment par l’acteur John Malkovich. 

Un article du Courrier international nous présente l’orchestre indonésien :Sound of Borobudur. 

La particularité de ses musiciens c’est qu’ils s’inspirent des bas-reliefs du temple Borobudur, situé au centre de l’ile de Java, pour recréer les instruments utilisées au VIIIe siècle. La frise de ce temple représente en effet une extraordinaire encyclopédie de la vie dans les villages à cette époque. L’ensemble a donc reconstitué les sons emmurés, beaucoup d’instruments à cordes, à vent, ou encore des trompettes en forme de coquillage.

L'équipe de l'émission :