Classique info
Magazine
Mardi 26 mars 2019
5 min

Classique info du mardi 26 mars 2019

Les Boréades de Rameau à Dijon, voyage dans le Nord avec le Festival Radio France Occitanie Montpellier, Christina Scheppelmann à la tête de l’Opéra de Seattle, Mariss Jansons lauréat du prix Herbert Von Karajan 2019, hommages à Scott Walker

Classique info du mardi 26 mars 2019
Scott Walker, disparu le 22 mars à 76 ans, © Getty / RB

Les Boréades de Rameau à Dijon 

En ce moment, l’Opéra de Dijon présente Les Boréades, œuvre rarement donnéede Jean-Philippe Rameau. Mise en scène signée Barrie Kosky, la musique est dirigée par la cheffe Emmanuelle Haïm. Pourquoi cette pièce est rarement donnée ? Réponse avec le reportage de Charlotte Landru Chandès. 

Le festival Radio France Occitanie Montpellier présente sa nouvelle édition 2019

Une édition placée sous le thème des Musiques du Nord. 

Christina Scheppelmann vient de prendre la direction de l’Opéra de Seattle

Elle était pourtant la seule femme en lice pour la future direction générale de l’opéra de Paris. Il ne reste donc que des hommes parmi les candidats à la succession de Stéphane Lissner. Directrice artistique du Liceu à Barcelone, Christina Scheppelmann rejoindra les Etats Unis à partir du mois d’août. 

Mariss Jansons, lauréat du prestigieux prix Herbert Von Karajan 2019

Le chef d’orchestre letton va recevoir sa récompense dans le cadre du Festival de Pâques de Salzbourg. Elle s’accompagne de la somme de 50 000 euros. L’année dernière c’est la violoncelliste Sol Gabetta qui avait été décorée. 

De nombreux hommages rendus à Scott Walker, disparu à l’âge de 76 ans 

« Étrange impression d’apprendre la mort d’un chanteur qui n’a cessé de cultiver l’art de disparaître », peut-on lire dans Télérama. Scott Walker nous a quittés le 22 mars à l’âge de 76 ans. Il faut pour résumer sa trajectoire « imaginer un Justin Bieber qui serait devenu Arvo Pärt en une cinquantaine d’années », poursuit le journaliste François Gorin. 

Né dans l’Ohio en 1943, c’est avec les Walker Brothers, trio formé en Californie, que le chanteur à la voix de baryton a rencontré le succès, devenant une figure incontournable de la pop anglaise du Swinging London. Vint ensuite la carrière solo, le goût pour l’abstraction, 4 albums fondateurs et une influence auprès de nombreux artistes. C’est lui qui fit découvrir Jacques Brel à David Bowie, avec ses nombreuses reprises. « Il y a une fissure dans l’univers » écrit aujourd’hui Marc Almond. 

L'équipe de l'émission :