Dimanche 21 mars 2021
1h

A l'improviste donne carte blanche au guitariste Simon Henocq

Ce soir, A l'Improviste vous propose deux concerts du guitariste Simon Henocq, activiste du collectif parisien COAX. On y découvre deux versants de sa musique : électrique dans le duo qu'il partage avec le percussionniste Philippe Foch, mélodique et lyrique au sein du trio Gummi.

A l'improviste donne carte blanche au guitariste Simon Henocq
Le guitariste Simon Henocq au carreau du Temple (Paris) le 25 janvier 2021, © JJGFREE

Partie 1 : Duo Simon Henocq & Philippe Foch

La création, les arts sonores, l'expérimentation : voilà ce qui intéresse en premier lieu Simon Henocq. Du coup, la guitare souvent ne lui suffit plus ! Simon Henocq manipule aussi l'électronique, et c'est justement cette facette du musicien qui va nous occuper dans la première partie de cette émission, avec un extrait de l'improvisation jaillie de son dispositif, en dialogue avec la batterie "augmentée" de Philippe Foch, musicien lui aussi très actif (Les amants de Juliette, Les voyageurs de l'espace, Soleil Rouge...)

Comme son acolyte, Philippe Foch est un "Passe-Murailles". L'électronique l'intéresse depuis un bon moment, et cela, même quand il joue seul derrière 15 tablas (comme sur l'album Taarang - label Signature de Radio France) ou un lithophone. A chaque fois, l'électronique est de la partie ! Le percussionniste s'est associé au fil du temps à plusieurs musiciens dont l'électronique est le territoire premier, parmi eux Mathias Delplanque, et depuis deux ans Simon Henocq. Ce dialogue entre l'instrument acoustique, la batterie, et l'électronique le passionne et lui permet de renouveler sa palette sonore.

Ensemble, les deux improvisateurs s'emploient à chercher "le commun" de leurs sons, autrement dit à fusionner leurs sonorités propres.
On ne sait plus très bien "qui fait quoi ?" !

Partie 2 : Trio Gummi 

Changement de plateau sur la scène du Carreau du temple le 25 janvier. Simon Henocq en a profité pour "changer de peau", ou en tout cas d'outil : plus de câbles, de boutons, de machines, la guitare sort de sa housse ...

Dans Gummi, Simon Henocq retrouve deux fins improvisateurs : le violoniste Michael Nick et le trompettiste Nicolas Souchal

Michael Nick, qui est né et a grandi en Allemagne, n'est évidemment pas pour rien dans le choix du nom du groupe. Gummi, c'est le mot allemand pour dire "élastique", et la musique du trio l'est en effet tant on a le sentiment que les musiciens pétrissent la matière sonore, l'étirent, la contractent...

Michael Nick est un musicien familier d'A l'Improviste. On l'a entendu dans cette émission aux côtés de Sophie Agnel, Daunik Lazro et Jérôme Noetinger en quartet, en trio avec Hélène Breschand et Bruno Chevillon, et plus récemment avec Yaping Wang à la cithare yangqin et Diemo Schwarz à l'électronique (A l'Improviste mai 2019).

De son côté, le trompettiste Nicolas Souchal a joué il y a quelques années dans cette émission avec ses comparses du quartet Les arbres ont bougé la nuit. C'est un musicien actif dans plusieurs collectifs : Musique en friche basé en Auvergne, et le collectif parisien Les fondeurs de son.

  • A venir...

Le trio Gumi vient d'enregistrer au PAF, Performing Arts Forum (ancien couvent près de Reims, reconverti en lieu de performance) Un album à paraître, avec le soutien de COAX et Musique en Friche

Les temps sont difficiles pour la musique improvisée mais les musiciens ne désarment pas !

Simon Henocq participe actuellement à la création d'un pôle dédié aux pratiques exploratoires du son, avec les Instants chavirés - Montreuil, et le festival Sonic Protest.

L'équipe de l'émission :