Dimanche 16 février 2020
1h

A l’Improviste en compagnie de la violoniste Biliana Voutchkova et du quartet Uruk

A l'Improviste se joue ce soir à deux faces. Face A, un concert de la violoniste Biliana Voutchkova, capté au Carreau du Temple parisien lundi dernier. Face B, un concert chamanique du quartet Uruk, saisi sur le vif au festival Paysages d'Ecoute en novembre 2019.

A l’Improviste en compagnie de la violoniste Biliana Voutchkova et du quartet Uruk
Biliana Voutchkova (ptotomusix / c. marx ) / Quartet Uruk (Catherine Mary-Houdin)

Partie I : A l’Improviste au Carreau du Temple

  • Biliana Voutchkova (violon et voix)

Biliana Voutchkova est Bulgare. Elle vit depuis quelques années à Berlin. Anne Montaron a découvert cette musicienne à la faveur du festival Météo (Mulhouse). Le festival avait donné cet été-là carte banche à l’orchestre d’improvisateurs Berlinois le Splitterorchester : une vingtaine de musiciens de tous pays, tous très inventifs et passionnées d’improvisation. Parmi eux, Biliana Voutchkova, musicienne au parcours très riche. 

Biliana Voutchkova  - Photo : Soizic Noël
Biliana Voutchkova - Photo : Soizic Noël

Un apprentissage classique acquis dans sa première vie en Bulgarie, puis 14 ans de résidence aux Etats-Unis où elle découvre la musique contemporaine, la musique expérimentale et improvisée, enfin Berlin où elle déploie ses projets propres, parallèlement à des collaborations avec plusieurs grands ensembles tels que le Splitterorchester, Zeitkratzer, l’Ensemble Modern, ou Mosaïk. 

Biliana Voutchkova a depuis toujours une soif de sons nouveaux, et de collaboration avec la danse, le théâtre, les images… Elle a trouvé à Berlin le cadre idéal pour que s’épanouissent tous ses projets, y compris l’organisation de festivals ou séries de concerts.

Le solo est un espace de liberté que Biliana Voutchkova apprécie par-dessus tout. Elle a enregistré son premier solo quelque part en Suisse pendant l’été 2015 et l’a intitulé Modus of Raw (label Evil Rabbit). Le caractère de ce solo n’est pas étranger aux longue journées de marche réalisées par la musicienne dans les Alpes suisses cet été là, et son contact avec la nature sauvage. 

Le site de Biliana Voutchkova

Pour en savoir plus sur le Splitterorchester

Agenda :  

Biliana Voutchkova est actuellement en tournée française

16 février : Paris - Les Nautes  1, quai des Célestins (4e arr.)
Biliana Voutchkov, Jean-Sébastien Mariage, Guylaine Cosseron et Félicie Bazelaire

18 février : Montreuil - Instants Chavirés
Biliana Voutchkova, Judith Hamann (violoncelle)

Partie II : A l’Improviste au festival Paysages d’Ecoute / Le Mans (novembre 2019)

 Quartet Uruk (Catherine Mary-Houdin)
Quartet Uruk (Catherine Mary-Houdin)

A l’Improviste a posé ses micros sur la première soirée de cette édition, programmée de A à Z par Isabelle Duthoit et Franz Hautzinger. Cette soirée s’est refermée en beauté sur la musique envoûtante d’un quartet initié justement par le tandem Duthoit/Hautzinger. A leurs côtés, un autre duo bien soudé : les deux musiciens de Chicago Hamid Drake et Michael Zerang. 

Sur la scène du théâtre de l’Espal ce soir-là, quantité de tambours, parmi lesquels le bendir. Les percussions sont venues dialoguer avec la voix, la clarinette d’Isabelle Duthoit, et la trompette de Franz Hautzinger. Dialogue ou stimulation ? Hamid Drake et Michael Zerang favorisent en tout cas l’envol de la voix et les lignes mélodiques de la trompette. La voix d’Isabelle Duthoit est une voix des origines, une voix d’avant le langage. C’est la voix qui convient à la musique spirituelle, chamanique du quartet Uruk.

Uruk, nous dit Franz Hautzinger, a été la première organisation urbaine de l’histoire des hommes.

Pour faire sonner la musique qu’il avait à l’esprit  - une musique de transe, il a convoqué trois experts en chamanisme : Isabelle Duthoit, improvisatrice imprégnée du chant des artistes de gidayu (les épopées japonaises), Hamid Drake, musicien pétri de bouddhisme tibétain, et Michael Zerang d’origine assyrienne. Qu’est-ce que la transe, et quelle forme musicale est induite par la transe ? La réponse de ces musiciens traversés...

Toute la programmation du Festival d'Ecoute

A vos Agendas !

Prochain concert A l'Improviste au Carreau du Temple : Mardi 03 mars - 20h30

 Sylvain Kassap / Toma Gouband
Sylvain Kassap / Toma Gouband

Au programme

Première partie :
duo Sylvain Kassap (clarinette) & Toma Gouband (lithophones)
En réalité, cette session met en présence deux bardes ; la clarinette de Sylvain Kassap sait raconter des histoires, elle se promène depuis plus de de 30 ans dans les territoires du jazz, de la musique contemporaine, de l’improvisation. Barde Toma Gouban l’est à sa manière, il déploie sur ses lithophones des sons qui nous renvoient à des origines oubliées. Nos oreilles et nos yeux suivent ses frappes sur de superbes pierres glanées dans la campagne : l’envoûtement ne manque pas d'arriver !

Deuxième partie :
trio Catherine Jauniaux (voix), Xavier Charles (clarinette) & Sébastien Bouhana (batterie, percussions)
Ce trio tout neuf  c’est un peu « la Drôme qui monte à Paris ».
Le trio a fait ses premiers pas il y a quelques mois seulement, pourtant on est en droit d’attendre de cette constellation quelques merveilles. Car les amateurs de musique improvisée connaissent le long parcours de Catherine Jauniaux, poétesse de la voix autrefois partenaire de eRikm, de Gaspar Claus et Raymond Boni, tout autant que les nombreuses collaborations de Xavier Charles en France comme acteur du festival Densités et la musique subtile du quartet Dans les Arbres qu’il forme avec trois musiciens norvégiens. Sébastien Bouhana - percussionniste inventif lui aussi - est actif pour sa part au sein du Grand Chahut Collectif basé dans la Drôme.
Un trio de trois fines paires d’oreilles et de musiciens-chercheurs !

Réservez vos places ICI

Carreau du Temple,
2 rue Perrée, 75003 PARIS

L'équipe de l'émission :