Dimanche 14 juin 2015
1h 19mn

Le carnet de voyage de Simha Arom

Nous recevons aujourd'hui un grand nom de l’ethnomusicologie, à savoir Simha Arom. Nous suivrons en sa compagnie son itinéraire enchanteur d'un demi-siècle qui nous fera voyager de la Centrafrique à la Grèce en passant par l’Éthiopie ou la Géorgie.

Carte Simha Arom
Carte Simha Arom
  • « Je pense que dans ce métier étrange qui s’appelle l’ethnomusicologie, le cœur du travail consiste à collecter les musiques de l’oralité avant qu’elles ne disparaissent, puis à les décrire, comme un linguiste le ferait d’une langue qu’il découvre. » Simha Arom.*

Simha Arom,
Itinéraire d'un ethnomusicologue
Réalisé par Jérôme Blumberg
Produit par Le Miroir/CNRS images

► Simha Arom

Simha Arom sur le terrain ©DR
Simha Arom sur le terrain ©DR

Dans les années 1960, envoyé par le gouvernement israélien pour créer une fanfare en République centrafricaine, il est fasciné par les musiques traditionnelles de ce pays, en particulier par les polyphonies vocales des Pygmées Aka. Entré au CNRS en 1968, il y obtient en 1984 la Médaille d'Argent. Il reviendra sur le terrain tous les ans de 1971 à 1991, accompagné par des ethnolinguistes et des étudiants, pour y enregistrer ces musiques afin de les étudier et les conserver.

Premier prix de cor du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, devenu ethnomusicologue, Simha Arom s’est attaché à la mise au jour de systèmes musicaux implicites et à la manière dont une culture construit ses catégories cognitives telles qu'attestées à travers sa musique – par le biais d'expérimentations de type interactif. Ses travaux reposent sur le postulat que les données recueillies sur le terrain, pour être valides, doivent pouvoir être corroborées par des données cognitives propres aux tenants de la culture étudiée.

Ses recherches concernent l'organisation temporelle de la musique, les échelles musicales, les techniques polyphoniques, la musique dans le système social et l'élaboration d'outils conceptuels en vue de la catégorisation, l'analyse et la modélisation des musiques traditionnelles. D’une discipline principalement descriptive, il a tenté de faire une science à part entière, avec tous ses attributs : expérimentation, vérification, validation, modélisation, conceptualisation et reconstitution par voie de synthèse.

Professeur invité dans de nombreuses universités – notamment Montréal, UCLA, Vancouver, M.I.T., Cambridge (U.K.), Tel-Aviv, Bar-Ilan, Haïfa, Bâle, Zurich, Sienne, Venise –, ses travaux ont inspiré des compositeurs contemporains comme Luciano Berio, György Ligeti, Steve Reich, Fabien Lévy ou Fabian Panisello.

Simha Arom est directeur de recherche émérite au CNRS, membre-fondateur de la Société française d'ethnomusicologie, de la Société française d'analyse musicale, de la European Society for the Cognitive Sciences of Music (ESCOM) et du European Seminar in Ethnomusicology ; il est également membre de la Société française de musicologie et du Board of directors du projet The Universe of Music (UNESCO).

Ses archives sonores ont été déposées en 2011 à la phonothèque de la Bibliothèque nationale de France.
(Source : Wikipédia)

► Lire, voir, entendre Simha Arom

Lire :

livre arom
livre arom

2009 :[La Fanfare de Bangui ](http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_fanfare_de_Bangui-9782707157225.html), Simha Arom
Ça commence comme un roman d’aventure : un coup de fil du ministère des Affaires étrangères israélien propose en 1963 à un corniste de l’orchestre symphonique de la radio de partir en République centrafricaine, dans le cadre d’un programme de coopération : le président centrafricain veut une fanfare…
Il n’y aura jamais de fanfare. Mais Simha Arom découvre des musiques extraordinaires, notamment celle des Pygmées, et il est immédiatement bouleversé : « Je sentais que leur musique venait du fond des âges, mais aussi, d’une certaine manière, du plus profond de moi-même. Pourtant, je ne pouvais les connaître, n’ayant jamais rien entendu de semblable. C’était affolant. Comment ces musiciens faisaient-ils ? J’en étais tout ahuri. » Pour comprendre, Simha Arom va faire un long périple en Centrafrique. Il va inventer de nouvelles méthodes de recherche, créer un musée des arts et traditions populaires, multiplier les enregistrements. Il deviendra un ethnomusicologue de réputation mondiale.
De la forêt où vivent les Pygmées dans des conditions difficiles, jusqu’aux scènes des festivals de musique en Europe où ils se produisent désormais, Simha Arom nous raconte au quotidien ces rencontres qui ont changé sa vie.

(Résumé éditeur) Voir :
Une leçon de musique africaine, réalisé par Jérôme Blumberg (1997)
Résumé : A l'occasion de la venue à Paris, à la Maison des Cultures du Monde en décembre 1995, de musiciens joueurs de trompes banda-linda de République centrafricaine, l'ethnomusicologue Simha Arom explique les mécanismes de cette musique dans le cadre de son séminaire de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Simha Arom,Itinéraire d'un ethnomusicologue (2014)
Réalisé par Jérôme Blumberg
Produit par Le Miroir / CNRS images

Entendre :
"Hindehu" par les Pygmées Benzele, dans laquelle un chanteur est en alternance avec un coup de sifflet. (Enregistré par Simha Arom)

"Ndraje Balendro" par les Banda Linda de Centrafrique (voir photo ci-dessous), un chant d'initiation avec 18 trompes en bois et une paire de cloches. (Enregistré par Simha Arom)

Les trompes des Banda Linda, 1970 - © Simha Arom
Les trompes des Banda Linda, 1970 - © Simha Arom

► Le fil musical de l’émission

Choeur géorgien ©DR
Choeur géorgien ©DR

Tous les enregistrements édités sont des enregistrements de terrain recueillis par Simha Arom

Musique traditionnelle de Centrafrique / Musique des pygmées Aka
* Monzoli*, danse rituelle qui suit la mise à mort de l'éléphant pour apaiser l'esprit de l'animal
(Unesco Collection - D8054)

Musique traditionnelle / Polyphonies vocales des pygmées Mbenzele
* Asaka*, version 1
(Inedit / Collection Maison des Cultures du Monde - W 260042)

Musiques traditionnelles de Centrafrique
02 Message continu
• 01 Message continu
(Enregistrement Simha Arom)

Musiques traditionnelles de Centrafrique / Musique des pygmées Aka
* Mo boma, berceuse
• Mongombi, appel de chasse
• Ngangele*, chant de dérision
(Ocora - C560171)

Musique traditionnelle / Polyphonies vocales des pygmées Mbenzele
Ie ele ie
(Inedit / Collection Maison des Cultures du Monde - W 260042)

Musiques traditionnelles du Cameroun / Musique des pygmées Baka
• Les tambours d’eau
Le bourdonnement des abeilles
(Auvidis Unesco - D8029)

**Musiques traditionnelles du Bénin / Musiques Bariba et Somba*
• Bariba taru, flûte aigue seule
• Bariba, louanges pour le prince Oru Soru * avec les trompes kakaki
The Sasako
(Auvidis Unesco - D6057)

Musique traditionnelle de Centrafrique
Ensemble de trompes (Banda-Linda)
(Auvidis Unesco - D8020)

**Musique traditionnelle de Grèce / Monodies vocales*
• Otan Pethano* (Quand je mourrais)
Barba Mitsos (Dimitris Kukas)
(Auvidis Unesco - D8256)

**Musique traditionnelle de Grèce / Epire*
• Ilios*
Famille Kapsalis
(Inedit / Collection Maison des Cultures du Monde - W 26022)

Musique traditionnelle de Grèce
San apokliros gyrizo
Vassilis Tsitsanis, voix et luth
(Grèce: Homage to Tsitsanis / Collection Ocora Radio-France - C559010)

Musique traditionnelle de Géorgie
Chakroulo, le plus célèbre des chants de table
Ensemble Basiani / Giorgi Donadze
(Collection Ocora Radio-France - C560240)

L'équipe de l'émission :
Mots clés :