Dimanche 11 janvier 2015
1h 19mn

De la Namibie au Mali : entre mémoire et oubli

Aujourd’hui, nous embarquons pour un voyage à destination de l’Afrique Australe où il faudra tendre les oreilles, à l’écoute de la musique sublime des bushmen ju’Hoansi de Namibie. Puis, nous prendrons la direction du Mali du côté de Bamako et de Djenné au cœur des procédés de création et de diffusion de la vocalité coranique. Notre guide éclairée que nous recevons, est l’ethnomusicologue Emmanuelle Olivier.

► Namibie

Chez les Ju|’hoan de Namibie, population bushman dont on a longtemps pensé qu’elle était resté au ban de l’histoire, figée dans une éternelle genèse, la musique est sans cesse renouvelée tandis que ce renouvellement procède d’une logique de l’oubli. Il est en effet frappant de constater que les chants, plus particulièrement les chants chamaniques, apparaissent et disparaissent, dans un mouvement incessant de création, de transformation, de transmission, de circulation puis d’oubli. Suivant le parcours d’un chant récemment composé, Emmanuelle Olivier s'intérroge sur les notions de mémoire et d’oubli, particulièrement déterminantes dans un contexte d’oralité, en se demandant comment elles permettent de configurer le temps, de le renouveler, de l’actualiser. Il s’agit également d’envisager la musique comme moment d’une histoire en cours, l’enjeu étant de montrer en quoi la musique participe de l’histoire d’une population au même titre que d’autres productions matérielles ou immatérielles, c’est-à-dire comment elle permet de révéler des situations, des conjonctures ou des moments particuliers d’une histoire.
(Résumé de : Créer, transformer, oublier - L’art ju|’hoan de consumer la musique (Namibie), Emmanuelle Olivier)

N !ani durant un rituel de guérison. ||Xa|oba, juin 1995 © Emmanuelle Olivier
N !ani durant un rituel de guérison. ||Xa|oba, juin 1995 © Emmanuelle Olivier

► Mali

Djenné : Les louanges religieuses maduhu
Djenné est une « ville bénie » de l’islam au Mali, inscrite dans un idéal particulier, fait social dont la musique témoigne de façon plus inattendue. L’étude des chants de louanges au Prophète et aux savants musulmans montre comment ce type de répertoire, présent dans l’ensemble du monde musulman mais réinterprété localement, participe d’une représentation de Djenné comme cité musulmane où se combinent différemment savoir, pouvoir et islam.

Bamako : Les zikiri comme Islamic Pop Music
Si Djenné a privilégié une logique patrimoniale du savoir et de la musique religieuse, jouant sur différents registres mémoriels, Bamako fait plutôt le choix de l’invention d’une musique populaire religieuse, avec le récent phénomène des zikiri (de l’arabe dhikr, « invocation chantée du nom d’Allah ») qui, depuis le début des années 2000, constituent au Mali une véritable Islamic Pop Music, où s’articulent réislamisation, remoralisation, réaffirmation identitaire nationale et divertissement.
D’un point de vue musical, on observe également une rupture avec les maduhu qui se réfèrent à une mémoire ancienne, fondés sur des chaînes de filiation et dont les poèmes sont en langue arabe (langue des lettrés). Les zikiri se caractérisent quant à eux par des paroles en langue bambara, par l’intégration d’éléments musicaux non spécifiques à l’islam, empruntés à divers registres (musiques griotiques, musiques de variété ouest-africaines et musiques globalisées comme le reggae et le rap), ainsi que par sa production professionnelle dans des studios d’enregistrement et sa diffusion dans l’ensemble des médias.

► Emmanuelle Olivier

Emmanuelle OLIVIER est chargée de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (CRAL, CNRS-EHESS) et enseignante au sein de la formation « Musique » du master de l’EHESS. Ses travaux, articles, ouvrages et CDs, portent sur les musiques d’Afrique australe et d’Afrique de l’ouest, d’une part dans leurs liens avec la mémoire et les temporalités, d’autre part dans leurs aspects de création, de circulation et de patrimonialisation. Elle est actuellement responsable du programme ANR « Création musicale, circulation et marchés d’identité en contexte global » (2009-2012).

► Lire, voir, entendre Emmanuelle Olivier

• Bibliographie sélective se rapportant aux musiques entendues :
• « Créer, transformer, oublier. L’art ju|’hoan de consumer la musique (Namibie) », Cahiers d’ethnomusicologie, 22, 2009, pp. 169-187
• « Archives khoisan. L’histoire comme champs de la musique », Afrique et histoire, 6, 2006, pp. 193-222
• « La petite musique de la ville. Musique et construction de la citadinité à Djenné (Mali) », in G. Holder et A.-M. Péatrik (éds.), Cité, centre, capitale. Pour une anthropologie du statut politique de la ville, Journal des Africanistes, 74/1-2, 2004, pp. 97-123
• « Les louanges islamiques au Mali : un art de la filiation », in E. Olivier (éd.), Musiques au monde. La tradition au prisme de la création, Sampzan, Delatour, 2012, pp. 93-116
• « Droits d’auteur vs usages locaux de l’autorité. Réflexion à partir d’une K7 de louanges islamiques au Mali », Volume. La revue des musiques populaires, 10/2 « Composer avec le monde. Œuvres, auteurs et droits en tension : musiques et danses dans la globalisation », 2014a, pp. 151-172
• « Des “religions du terroir” à l’islam et vice versa : politiques culturelles et pratiques artistiques croisées », Le Mali contemporain : Regards de scientifiques, Paris, IRD Éditions, 24 p. (en coll. avec É. Djebbari) [parution en 2015]
• « Musiques et globalisation. « Techno-logiques » de la création musicale », Le temps des médias, 22 « Les mondes de la musique », 2014b, pp. 134-148
• « Introduction : Composer avec le monde », Volume. La revue des musiques populaires, 10/2 « Composer avec le monde. Œuvres, auteurs et droits en tension : musiques et danses dans la globalisation », 2014c, pp. 7-27 • Réalisation de CDs
• 1991, Zéphirin Castellon. Siblar e cantar en Vesubia, CD Silex Mosaïque Y225205, (en coll. avec P. Vaillant)
• 1997, Namibie. Chants des Bushmen Ju'hoansi, CD Ocora-Radio France, C560117
• 2003, Namibie. Bushmen Ju|'hoansi. Musiques instrumentales, CD Ocora-Radio France, C560179/HM 79

► Le fil musical de l'émission

Traditionnel de Namibie
Le miel (zo tzi) : Chant de guérison
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560117) • Le lac
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560179)

Oryx : Chant et danse pour un rituel de guérison collective (Chant de chamane)
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560117)

L'enfant : Chant de guérison (Exécuté hors contexte)
Nani, Uci, chant, village d'Aloba
(Ocora C 560117)

Le porc-épic : Chant collectif pour le jeu du porc-épic
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560117)

La formation d'un chamane
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560179)

Chant avec hochet, la pluie fine
(Ocora)

Le fenek, le renard aux grandes oreilles
Hommes et femmes Bushmen Ju'Hoansi
(Ocora C 560117)

Musique pour orchestre de flûtes et choeur nama
Musiciens de la population Nama, ville de Sesfontein
(Son Emmanuelle Olivier)

Traditionnel du Mali
Lumbo Jenne, pièce pour luth et voix
Hamadou Tamboura, luth b'goma et voix (ville de Djenne)
(Son Emmanuelle Olivier)

Pièce pour pluriarc et tambour
Bocari Pléa et Mahamane Pléa, pluriarc, tambour et voix (ville de Djenne)
(Son Emmanuelle Olivier)

A Halla Bouakar : Chant de louange, Maduhu
Bouakard Kosso, chant à capella (ville de Djenne)
(Son Emmanuelle Olivier)

Hadi YaroBenbacan Al dit KO
Ulamahi : Chant du prophète, Maduhu
Bonaka Kosso, chant à capella (ville de Djenne)
(Son Emmanuelle Olivier)

Baka Boura
Maloulana : Sikiri
Baka Boura, chant
(Bande Invitée)

Général Balodi
Sitani : Sikiri
Général Balodi, chant (ville de Bamako)
(Bande Invitée)

L'équipe de l'émission :
Mots clés :