Samedi 8 mai 2021
3 min

Tomas Luis de Victoria, compositeur espagnol du 16ème siècle

Au cœur de la vocalité de la Renaissance, avec Tomas Victoria, organiste et compositeur profondément inspiré

Tomas Luis de Victoria, compositeur espagnol du 16ème siècle
Musical Code with polyphonic musical compositions. Trento, Italy, 15th century. Trento, Castello Del Buonconsiglio Museo Provinciale , © Getty / (Photo by DeAgostini/Getty Images)

Saskia de Ville : Marc-Olivier, aujourd’hui nous évoquons un compositeur espagnol du 16ème siècle

Marc-Olivier Dupin : Oui, un géant de la fin de la Renaissance, Tomas Luis de Victoria / Vittoria, né en 1548 et mort en 1611. Voici un extrait de son œuvre O Magnum Mysterium.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : Sa polyphonie est d’une grande pureté.

Marc-Olivier Dupin: Oui, et d’une profonde inspiration religieuse. Contrairement à d’autres compositeurs comme Lassus ou Janequin, il n’a jamais écrit que de la musique religieuse. Sa vie d’ailleurs s’est partagée entre l’Espagne et Rome, notamment auprès de Palestrina.

Saskia de Ville : Quels sont les traits spécifiques de son langage ?

Marc-Olivier Dupin : Comme beaucoup de ses contemporains, il pratique un style très contrapuntique, notamment avec beaucoup d’imitations : les voix reprennent à tour de rôle des fragments mélodiques communs, et s’organise en un jeu subtil fait de réponses et de reprises. Mais ce qui est fascinant à cette période de la Renaissance, c’est l’émergence d’une pensée harmonique : pour le dire avec des mots simples, la polyphonie ne se limite plus à des jeux thématiques mais elle s’organise grâce à la notion d’accord.

Extrait de Regina Caeli Laetare.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : Mais au risque de vous choquer, ne trouvez-vous pas que toutes ces musiques se ressemblent ?

Marc-Olivier Dupin : Oui, dans un sens vous avez raison, mais quand on s’immerge dans ce répertoire d’une grand beauté on en perçoit peu à peu toutes les nuances. Et par ailleurs, je trouve émouvant que toutes ces splendeurs de la Renaissance ont en commun une chose : un amour sans limite de la vocalité - la voix solitaire ou bien prise dans la polyphonie ! Inspirons-nous en… pour chanter la polyphonie ou pour la composer ! Pour finir, un extrait du Requiem Officium Defunctorum.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

L'actualité de Marc Olivier Dupin.

L'équipe de l'émission :