Samedi 20 février 2021
3 min

Les Lieder pour chœur a cappella de Mendelssohn

De magnifiques lieder pour chœur a cappella de Mendelssohn : un îlot de bonheur serein au milieu d'un 19ème siècle romantique et tourmenté.

Les Lieder pour chœur a cappella de Mendelssohn
Portrait du compositeur Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809 - 1847), © Getty / Peinture d'Eduard Magnus

Saskia de Ville : Marc-Olivier, ce matin de quel genre de musique allez-vous partager avec nous ?

Marc-Olivier Dupin : j’aimerai vous faire entendre des musiques heureuses, en l’occurrence des lieder pour chœur de Felix Mendelssohn. Et pour commencer _Der Glückliche (e_xtrait de l'opus 88).

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : L’œuvre de Mendelssohn est considérable mais a t-il beaucoup écrit pour chœur ?

Marc-Olivier Dupin : Oui, énormément ! beaucoup d’œuvres d’inspiration religieuse, telles que des oratorios, des psaumes, des cantates. Mais aussi plusieurs magnifiques cycles de lieder pour chœur a cappella, trop peu connus.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : En quoi trouvez-vous que c’est une musique heureuse ?

Marc-Olivier Dupin : Bon, il s’appelait Félix – heureux en latin… - c’est une prédisposition, non ? Par ailleurs, et plus sérieusement, ces lieder pour chœur sont souvent des musiques sans les messages torturés du romantisme douloureux de son époque : écolo avant l’heure, il aime chanter simplement la nature. Il est en quelque sorte l’exception à la phrase de Balzac : « le bonheur ne se raconte pas ». Mendelssohn exprime le bonheur en utilisant un vocabulaire musical simple, un sage contrepoint et une écriture vocale très agréable à chanter.

Saskia de Ville : vous le trouvez trop sage ?

Marc-Olivier Dupin : oui, par rapport au Romantisme allemand qui emportera tout le siècle dans l’extraordinaire tourbillon des passions, de Schubert, Schumann à Wagner et bien d’autres. Mais il y a dans ces lieder pour chœur une candeur et une naïveté sincèrement touchante. Un immense répertoire à redécouvrir et faire entendre !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :