Samedi 31 octobre 2020
3 min

La pratique musicale dans l'enseignement général, près de 150 ans plus tard

En 1882, Jules Ferry impose l'heure de musique à l'école. Qu'en est-il aujourd'hui ?

La pratique musicale dans l'enseignement général, près de 150 ans plus tard
Portrait de Jules Ferry à l'occasion du 100ème anniversaire de sa mort le 17 mars 1893, © Getty / Jacques Pavlovsky/Sygma via Getty Images

Grâce à toi, Jules, nous chantons à l'école. En 1882 quand tu imposes l'heure de musique à l'école, tu ne te doutes pas de la diversité et de la vivacité de la pratique musicale dans l'enseignement général, près de 150 ans plus tard. Alors poursuivons ton œuvre en chantant et en donnant l'amour de la pratique chorale aux enfants de la République.

Pour illustrer la vivacité des pratiques musicales, vocales et chorales à l’école, découvrons un rap maison par une classe de CP, à l’école Jules Ferry à Sallanches en Haute-Savoie

Est-ce que ça swingue comme ça dans chaque école de la République ?

Difficile de répondre mais ce qui est certain c’est qu’en maternelle et primaire il y a énormément de réalisations enthousiasmantes. 

Et pour les adolescents ? 

Au collège, le cours de musique est pris en charge par les professeurs d’éducation musicale et de chant choral qui ont pour mission de donner une véritable culture musicale à leurs élèves. Et ce sont également eux qui animent les chorales de leur établissement. 

On entend davantage de voix de filles que de garçons… 

En effet ! La mue des garçons est un passage difficile. A ce moment de la croissance, nous les garçons on ne contrôle plus grand-chose vocalement, des sons totalement improbables sortent de notre gosier, plus proches de certains mugissements et ahanements… On est inhibé, bref, c’est l’horreur... Et chanter à cette période du développement qu'est l'adolescence demande un extraordinaire savoir-faire du chef de chœur pour permettre une pratique chorale sans souffrance… 

Au lycée, l’heure des choix s’impose : la musique devient alors optionnelle. Grand regret : les disciplines artistiques ne sont pas présentes dans les lycées professionnels. 

Malgré ce regret, le bilan est-il plutôt positif ? 

Il y a un nombre considérable de beaux projets musicaux dans l’Education nationale. L’enjeu de ces prochaines années serait de développer la formation vocale et chorale des enseignants tous degrés confondus.

Un bel exemple : le 21 juin 2020 les professeurs de l’académie de Lille chantent Barbara en zoom.

L'actualité de Marc Olivier Dupin

L'équipe de l'émission :