Samedi 24 octobre 2020
3 min

La complexité est-elle nécessaire au chef-d'œuvre ?

La complexité est-elle nécessaire au chef-d'œuvre ? Pas toujours... Revisitons quelques tubes du répertoire choral de la Renaissance à Mozart

La complexité est-elle nécessaire au chef-d'œuvre ?
Partition musicale, © Getty / Shulz

Une écriture vocale simple n’empêche pas de composer des merveilles ! De même que la complexité ne garantit pas le chef-d’œuvre…

Si chaque partie vocale est simple, qu’est-ce qui fait la beauté de telles pièces ?

Concrètement, l’harmonie - c’est-à-dire la façon d’agencer les voix et d’utiliser de beaux accords. Mais également, l’organisation de la phrase musicale, comme dans une poésie. Et puis bien évidemment l’atmosphère, comme aurait dit Arletty ou le sentiment qu’évoque Jouvet, dans ses cours de théâtre.

Et pour cela, il n’est pas obligatoire d’exhiber un arsenal compositionnel démesuré…

Autre exemple, d’une œuvre sublime accessible à des chœurs amateurs : l’Ave verum de Mozart

Quel est l’intérêt pour un chœur de chanter ces « tubes » du répertoire choral ? 

Si ces pièces semblent bien simples à réaliser (chaque partie vocale est linéaire, sans grande difficulté vocale ou solfégique) il n’en demeure pas moins qu’elles permettent un travail essentiel sur le plan choral : la recherche de la qualité du son, de l’équilibre sonore entre les quatre voix, l’écoute mutuelle, la conduite d’une ligne mélodique, bref les fondements de la technique chorale.

Et par ailleurs, au risque d’être naïf, il faut redire l’extraordinaire motivation que procure la beauté d’une œuvre. Que ce soit pour un enfant ou un adulte, toujours aller à la rencontre du chef d’œuvre. C’est le meilleur outil pédagogique !

Et malgré l’heure matinale, chantons la nuit avec Jean-Sébastien Bach, musique à la fois si simple et si élaborée…

L'actualité de Marc-Olivier Dupin.

L'équipe de l'émission :