Samedi 21 novembre 2020
3 min

L'utilisation de la voix dans les musiques dites répétitives

De retour en Amérique du Nord, pour célébrer l'utilisation des voix dans les musiques dites répétitives avec quelques pépites. Et selon le slogan des minimalistes viennois : Less is more !

 L'utilisation de la voix dans les musiques dites répétitives
Le compositeur américain Philip Glass, 14th Décembre 1987, © Getty / Rob Verhorst/Redferns

Le répertoire vocal et choral américain au XXème siècle avec les compositeurs de musique savante dite répétitive

Einstein on the beach de Philip Glass, composé en 1975.

Est-ce difficile à chanter ? 

Oui, le mode de vocalité est tendu, la tessiture est aigue pour un débit qui s’apparente plus à un discours parlé que mélodique. Et même pour de bons chanteurs, la répétition des motifs n’étant jamais complètement identique, il y a mille périls : facile de se tromper en prenant le mauvais « aiguillage » thématique… ou en faisant une erreur rythmique…

D’où vient cette écriture rythmique ?

De Stravinsky ! encore et toujours ! Noces composée en 1923, qui a été source d’inspiration pour tous : Boulez, Bernstein, et quasiment tous les compositeurs se servant de papier à musique, qui ont suivi.

Dans quelles œuvres du répertoire américain de la fin du 20ème siècle retrouve-t-on ce style d’écriture ?

Généralement dans des formes en lien avec le théâtre musical ou d’opéra. Voici plusieurs exemple :      

Night Chorus dans The Death of Klinghoffer composé par John Adams en 1991.   

Avec une polyphonie extraite de Proverb de Steve Reich composée en 1995. La mélodie s’y développe simplement en s’inspirant tout à la fois de la musique ancienne, de procédés inventés par Stravinsky et d’un goût enivrant pour la répétition : un équilibre extraordinaire entre tous les ingrédients.

L'actualité de Marc Olivier Dupin

L'équipe de l'émission :