Samedi 13 mars 2021
3 min

Les secrets du contrepoint

Qui sont ces compositeurs fous de polyphonie, qui empilent les voix comme les strates d'un mille-feuille ou d'un hamburger géant ? Quelles sont leurs recettes ? En quelques secondes, vous seront dévoilés les secrets du contrepoint pour les nuls...

Les secrets du contrepoint
extrait de la partition manuscrite de la cantate BWV.20 "O Ewigkeit, du Donnerwort" de Jean Sébastien Bach, © Getty / Peter Endig/picture alliance via Getty Images

Saskia de Ville : Qui sont ces « fous de polyphonie » dont vous nous parlez aujourd’hui ?

Marc Olivier Dupin : Ce sont des compositeurs qui ont écrit avec passion, délectation et virtuosité pour un nombre de voix considérables. Voici un bel exemple à 40 voix avec Ecce beatam lucem de Alessandro Striggio.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : Est-ce simplement une spéculation cérébrale de l’esprit ? Quel en est l’effet recherché ?

Marc Olivier Dupin : A la Renaissance, il peut y avoir une conception cérébrale de ce type d’organisation sonore, encore que le résultat sonore demeure toujours harmonieux. Mais cette écriture polyphonique correspond généralement à la recherche d’un effet de masse, de foule et parfois d’agitation. On en trouve de merveilleux exemples à la fois dans la musique d’église mais aussi dans l’opéra, notamment dans les finales des opéras de Mozart (lui aussi à ses moments, un fou de polyphonie…).

Dans les Maîtres chanteurs de Wagner, le premier acte se conclut par une sorte d’émeute et de tumulte, ici incarné par une extraordinaire polyphonie de voix d’hommes. Le désordre apparent y est en fait organisé au cordeau.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Saskia de Ville : Et quelles sont alors les recettes d’écriture musicale pour organiser un tel effet ?

Marc Olivier Dupin : le contrepoint qui avec des règles rythmiques simples permet de faire en sorte que les éclats de voix ne se produisent pas tous en même temps : c’est en quelque sorte une écriture à trous… Et des règles mélodiques qui permettent d’organiser les contrastes entre aigus et graves… et le tout empaqueté par des règles harmoniques qui apportent de la cohérence. Pour résumer, et de façon paradoxale, une montagne de contraintes pour donner le sentiment du plus grand naturel !

Mais revenons à notre idole absolue, Jean-Sébastien Bach, avec son motet à huit voix : Singet dem Herrn ein neues Lied.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

L'actualité de Marc-Olivier Dupin.

L'équipe de l'émission :