Balades Latino-Américaines
Programmation musicale
Samedi 12 juillet 2014
1h 57mn

Histoires de danses et contredanses : le XIXème siècle à Cuba

« Bienvenue dans cette nouvelle édition des Balades latino-américaines. Après celles de 2010 et de 2011, cette année une Amérique Latine à l’aube de sa nouvelle histoire. Des musiques superbes ont accompagné cette renaissance au cours du XIXè siècle, alors que les guerres d’indépendance donnent naissance aux nouvelles républiques, jusqu’à la 1ère Guerre Mondiale et les années 20. Nous découvrirons ensemble ce patrimoine musical en voyageant de Cuba au Mexique et du Rio de la Plata au Brésil. » Marcel Quilllévéré

►GENERIQUE :
♫►PREMIERE SUITE ARGENTINE HUEYA de ALBERTO WILLIAMS
NEW CENTURY CHAMBER ORCHESTRA/
DIRECTION STUART CANIN
CD LABEL NOTE CLASSICS DND 1035

Textes : Marcel Quillévéré
Bienvenue à Cuba à la découverte d’un passé musical si ignoré que le livre publié par l’écrivain cubain Alejo Carpentier sur la Musique à Cuba, fait sensation à La Havane en 1944 ! Il raconte sa découverte d’un patrimoine d’archives oubliées dans les églises de Santiago de Cuba, des partitions d’Esteban de Salas, l’un des précurseurs de la musique à Cuba et dans toutes les Amériques. Il est le premier compositeur important d’Amérique !

Esteban Salas naît à La Havane en 1725 où il vécut jusqu’en 1764 avant de rejoindre la Cathédrale de Santiago de Cuba, où il composa des œuvres religieuses et de nombreux villancicos et pastourelles, pour récolter de l’argent afin de reconstruire l’Eglise du Carmen détruite par le tremblement de terre de 1767. Il meurt seul dans la pauvreté en 1803, enterré dans cette même église à Santiago de Cuba.

Un villancico de Noël du compositeur cubain Esteban Salas composé en 1786 et interprété ici par l’Ensemble Ars Longa de la Havane ...
♫►TOQUEN PRESTO A FUEGO de ESTEBAN SALAS
ENSEMBLE ARS LONGA DE LA HAVANE

CD LABEL HARMONIA MUNDI K617 129

La Havane est à plus de 900 km à l’ouest de Santiago. En 1838, on construit le plus grand théâtre des Amériques : le Teatro Tacón, qui accueille des compagnies lyriques italiennes et des compagnies d’opéra français en provenance de la Nouvelle-Orléans. Ce sont surtout les tonadillas qui sont populaires, celles que Pablo Esteve ou Blas de Laserna insérait entre les actes des comedias mais aussi celles du ténor sévillan Manuel Garcia, créateur du Barbier de Séville de Rossini, père de Pauline Viardot et de la Malibran ...

♫►El Riqui Ruqui
( Manuel Garcia )
Ernesto Ealacio, ténor
CD Producteur

♫►Tonadilla : ya que mi mala fortuna – Seguidillas finales
Cecilia Lavilla Berganza, soprano
Salvador Parrón, ténor
Ensemble Elyma
Direction Gabriel Garrido
CD LABEL K617 151

De l’Angleterre à Haïti et à Cuba en passant par la France, l’Ecosse et le Nord de l’Angleterre la country dance, apparue au XVIIè siècle, va bientôt se danser partout à travers le pays en cercle, en carré ou en deux colonnes. Les couples se rejoignent un moment avant de se quitter à nouveau ...

♫►Traditionnel : Country Dance de Porstmouth
Broadside Band
Edité par Playford en 1701 qui avait alors le monopole de l’édition de ces danse.

1686, André Lorin, membre de l’Académie Royale de Danse, avait accompagné le maréchal d’Humières lors de son séjour en Angleterre, il avait noté ces danses et édité son Livre de Contredances qu’il avait dédié au Roi Louis XIV. Contredances avec un C ! la Country Dance prononcée à la française !
Les contredances, Jean-Philippe Rameau va en composer pour ses opéras, Claude Balbastre les arrange pour le clavecin, accompagne les fêtes et bals privés. Elles se danseront dans les campagnes et dans les villes adaptées aux instruments populaires comme la vièle à roue ...

♫►JP Rameau : Zoroastre-Contredanse
Le Concert des Nations
direction Jordi Savall
CD label Alia Vox AVSA9882

♫►JP Rameau : Pygmalion-Contredanse
( Balbastre )
Catherine Zimmer, clavecin
CD label Encelade ECL 100
1

Le peuple haïtien s'approprie les contredanses à sa manière surtout dans les fêtes, les bamboulas, elles existent encore dans le folklore haïtien. La contredanse d’habitude se joue avec des vaccines, sortes d’instruments faits de troncs de bambous ...

♫►Traditionnel : Contredanse haïtienne
Fragile Fatal
CD label BUDA MUSIQUE

Encouragés par les victoires de Bolivar en Colombie et par la Révolution en France, les noirs se révoltent en Haïti en 1791 avec Toussaint Louverture à leur tête. La révolte gagne du terrain contre les colons qui s’y opposent et émigrent de l’autre côté de la baie à Santiago de Cuba. Leurs domestiques les accompagnent emportant avec eux leurs musiques, en particulier la contredanse, la tumba française comme diront les cubains, en se métissant deviendra la Contradanza Cubana qu’on jouera au piano ou avec plusieurs instruments et qu’on dansera ...

♫►Manuel Saumell (1817 - 1870 ) Contradanza 'La María'
Ensemble Axivil Criollo
**
Felipe Sánchez Mascuñano, arreglos y dirección o
****
CD Producteur **

**Ancienne mélopée haïtienne par la soprano portoricaine Lolita Cuevas accompagnée en 1953 par le guitariste haïtien Frantz Casseus, & le jeune Chœur créole de Cuba chante en créole haïtien ...
****♫►Traditionnel : Mesi Bon Dieu
Lolita Cuevas, chant
Frantz Casseus, guitare
CD Producteur
**

**♫►Traditionnel : Maroule
Chœur créole de la Havane
****
CD Producteur **

****C’est cette même nostalgie qu’on retrouve cette fois à la Havane, dans la première contredanse pour piano éditée à Cuba en 1803, devenue aussitôt populaire sous tous les arrangements possibles y compris en Danzón au début du XXè siècle ...
****♫►Traditionnel : San Pascual bailón
Nohema Fernández, piano

**♫►Traditionnel **en version Danzón : San Pacual Bailón, 1920
Charanga Típica Nacional de cuba
CD Producteur

A la Havane, l’école de piano cubaine pris son essor en 1831 à l’arrivée de Jean Frédéric Edelmann, pianiste strasbourgeois, fils d’un claveciniste de Strasbourg qui avait échappé de peu à la guillotine pendant la Révolution ! En tournée à la Havane, il s’établit à Cuba, et Manuel Saumell ( 1818-1870 ) est son élève. Il commence à composer dès l’âge de 16 ans, en 1834, il deviendra le maître de la contredanse cubaine " le Schubert cubain "

♫►La Luisiane, Toma Tomás, la Gassier, l’Amitié, La Josefina de Manuel Saumell
Nohema Fernández, piano
CD LABEL Protone Records

♫►La Fenix de Manuel Saumell
Ensemble Axivil Criollo
CD Producteur

1843, les révoltes séparatistes se répandent à travers l’île de Cuba contre l’Espagne. Saumell et d’autres compositeurs de contredanses soutiennent ces mouvements. Saumell est impliqué dans une conspiration restée célèbre à Cuba, réprimée dans le sang. Saumell écrit à la suite de cela une contredanse qui est un véritable pamphlet qu’il intitule "El Somatén" nom d’un journal indépendantiste catalan, distribué clandestinement à Cuba, "Soms Attents" traduction : nous nous tenons sur nos gardes. La guerre d’indépendance vient de commencer à Cuba, et la contredanse en est le porte-parole musical ...

♫►Los Ojos de Pepa
(
Manuel Saumell )
Quatuor de Saxophones de Miguel Villafruela
CD Producteur

♫►El somatén
♫►Recuerdos de Cuba
( Manuel Saumell )
Pura Ortiz**, piano
CD Producteur**

La vie musicale à Santiago de Cuba et dans tout l’ Oriente » est florissante. On inaugure le théâtre « de la Raina » à Santiago.
Bayamo, ville du poète et musicien Carlos Manuel de Céspedes, auteur de la première grande Cancíón Cubana « La Bayamesa, le jeune fille de Bayamo » fut chantée la 1è fois le 27 mars 1848 lors d’une sérénade sous les fenêtres d’une Bayamesa dont était amoureux un poète ami de Céspedes. La chanson devient si populaire qu’on en change un jour les paroles pour la transformer en un des premiers hymnes des insurgés contre l’Espagne.

Sérénade première version enregistrée ici dans les années 50 par la soprano cubaine Esther Borja ...
♫►La Bayamesa
Esther Borja
Solistes et orchestre Cespedes y Fornari
CD label Alma Lattina

Louis Moreau Gottschalk débarque à Cuba en 1854, rencontre le jeune compositeur cubain Nicolás Espadero au détour d’une rue de la Havane, Gottschalk lui demande d’être son assistant et son arrangeur durant sa tournée à Cuba ....

♫►Paul Julien, contradanza cubana(1856)
♫►Gran Fantasía cubana (1858)
Cecilio Tieles, piano
(
Nicolás Espadero )
CD label EGREM 0787

21 mai 1854– Matanzas - La Sociedad Filarmónica de Matanzas invite Louis Moreau Gottschalk à jouer à Matanzas avec un jeune violoniste de Matanzas, José Silvestre de los Dolores White y Laffitte que tout le monde appelle José White, Paganini mulâtre de 18 ans dont le 1er concert au même endroit avec déchaîné l’enthousiasme 3 mois auparavant !

♫►Etude N°6 pour violon seul de Joseph White
Rachel Barton, violon
CD Producteur

Gottschalk est ébloui par le talent de José White et décide de l’aider pour partir étudier à Paris avec le violoniste Jean Delphin Allard. Quand Gottschalk revient à Cuba en 1856, José White obtient cette année-là son prix au Conservatoire de Paris. Gootschalk voyage avec la soprano Adelina Patti.
Le directeur du
Teatro Tacón apprenant qu’Adelina Patti était à la Havane l'a programme le 20 février 1857. Adelina elle finit termina le concert comme toujours par « Home sweet home » ...
♫►Home sweet Home d'Henry Bishop
Adelina Patti
CD Producteur

Les zarzuelas ont remplacé les Tonadillas dans le cœur des havanais. Les succès du Théâtre de la Zarzuela de Madrid récemment inauguré en 1856, sont repris peu après à la Havane. Et dans ces zarzuelas espagnoles il y a déjà à l’époque quelques évocations cubaines dignes des gravures qui évoquent l’île pour les madrilènes ...

♫►El Guajiro y la Mandinga
Ensemble Axivil
Isidoro García Rossetti
CD AXivil Criollo

La Habanera allait bientôt parcourir le monde entier. C’est le jeune basque Sébastien Iradier qui l’a fait connaître. En se promenant les quartiers populaires il entend une nouvelle mélodie et un nouveau rythme que chantent les noirs de ces quartiers, un rythme et un chant qu’il dénomme d’un terme africain « tango de la Havane ». C’est à son retour qu’Iradier composera ses célèbres habaneras dont La Paloma qui fera le tour du monde. Bizet s’en inspire pour Carmen ....

♫►La Paloma de Sebastián Iradier
Ensemble Axivil Criollo
CD label MIS

C’est à la Havane qu’il termine en 1859 sa Symphonie romantique. Son deuxième mouvement, la Fête Créole ...
♫►Symphonie Romantique
Noche Criolla
Orchestre du Festival Hot Springs aux USA
Direstion Richard rosenberg
Louis Moreau Gottschalk
CD NAXOS 8.559036

Gottschalk a quitté définitivement Cuba en 1862, date à laquelle il va parcourir toute l’Amérique du Sud pour rejoindre Rio où il meurt en en 1869. A Cuba Nicolas Espadero ne l’oublie pas et , après sa mort, il compose en 1874 un arrangement pour piano et instruments de la célèbre Tarentelle que Gottschalk avait composée à Cuba en 1860.

♫►Tarentelle
( Gottschalk / arrangement Nicolás Espadero )

Orchestre du Festival Hot Sprins aux USA
Direction Richard Rosenberg
CD NAXOS 8.559036

Une Tarentelle de Gottschalk arrangée par Nicolás Espadero en 1874 à La Havane, Cuba on est en pleine guerre d’indépendance, avec ce premier conflit sanglant qu’on a appelé la guerre des dix ans de 1868 à 1878, qui provoque beaucoup d’exils aux USA, en particulier le départ de certains jeunes compositeurs et musiciens comme Gaspar Villate ou Ignacio Cervantes.

La famille Villate rentre à Cuba en 1871 et Gaspar va étudier à Paris où il fixera sa résidence. Mais un an après, il doit revenir à Cuba : son père est au plus mal et meurt durant son séjour, alors que la guerre gronde alentour.

A Paris Gaspar Villate(1851-1891) rencontre le pianiste espagnol ami de Ravel et Debussy, Ricardo Viñés, et lui donne sa première leçon d’harmonie le 10 avril 1890. Ricardo s’attache au pianiste cubain et il sera à ses côtés jusqu’au bout quand il s’éteint à Paris le 8 octobre 1891 à l’âge de 40 ans. La même année Nicolás Espadero meurt à la Havane

Avant de reprendre le bateau pour le Havre en 1872, Gaspar Villate, plutôt connu pour ses opéras, avait composé à La Havane une série de Contradanzas cubanas comme un adieu à sa patrie .

♫►Contradanzas - ¿Y por qué ? - Flor de los Bosques
(
Gaspar Villate )
Nohema Fernández, piano
CD Centaur

Villate a toujours soutenu la lutte des insurgés cubains, iIl mourra avant de célébrer leur victoire en 1898. Victoire de ces combattants que l’on appelait des mambis, du nom du général espagnol Mamby qui avait pris fait et cause pour les Dominicains en lutte contre l’Espagne. Le jeune Luis Casa Romero deviendra compositeur et chantera l’épopée des mambis dans une chanson restée célèbre : "el mambí" une chanson créée à La Havane en 1912 ...
♫►El Mambi de Luis Casa Romero ( 1882-1950 )
Ana Martínez Casado
CD Alma Lattina / Díaz Ayala

♫►Tonada Menor
( Anonyme )
CD Música Campesina

L'équipe de l'émission :
Mots clés :