Samedi 7 juin 2014
9 min

Nicolas de Staël au Havre

Cette semaine, Sabine Gignoux nous offre une bouffée d’air marin et nous emmène au musée du Havre pour évoquer l'exposition qui s'y tient actuellement : Nicolas de Staël, Lumières du Nord, Lumières du Sud.

Par Sabine Gignoux du Journal La Croix

Nicolas de Staël, Paysage du Vaucluse n°2 (1953)
Nicolas de Staël, Paysage du Vaucluse n°2 (1953)

Le musée du Havre a été inauguré en 1961 pour remplacer l’ancien musée des beaux-arts détruit dans les bombardements de 1944, comme tout le centre-ville. Et pour ça, on a fait appel à Guy Lagneau, un dissident de l’atelier d’Auguste Perret, le grand reconstructeur du Havre. A l’époque, on a demandé à Lagneau de bâtir plus qu’un musée : un lieu capable d’accueillir aussi des concerts, des spectacles, et ouvert sur la ville pour tenter d’attirer « les classes populaires ». Le résultat est un bâtiment, complètement transparent avec des façades en verre, donnant d’un côté sur la ville, de l’autre sur la mer. Il n’y a pas pratiquement pas de murs non plus, à l’intérieur, seulement de grands plateaux modulables, dont vont s’inspirer plus tard, les architectes du Centre Pompidou à Paris. Ce beau musée du Havre accueille actuellement une exposition dédiée aux paysages de Nicolas de Staël puisque l'on fête cette année le centenaire de la naissance du peintre. Le Havre, qui possède un de Staël, a donc réuni plus d’une centaine tableaux : des vues de la Manche ou de la Méditerranée, des paysages d’Ile de France ou de Sicile et ses dernières toiles brossées durant l’hiver 1955 à Antibes, dans des bleus gris très fluides… Tous ces paysages, de Staël les a peints dans les quatre dernières années de sa vie. Alors que sa peinture abstraite commence à rencontrer un vrai succès, en France et aux Etats-Unis, il décide brusquement de revenir à la nature, après avoir gravé pour le poète René Char. Le ciel, comme la mer, devient l'un de ses motifs de prédilection, avec toute une gamme de bleus, de blancs nacrés, de gris argent et des nuages effilochés au couteau.

Nicolas de Staël, Marine à Dieppe (1952)
Nicolas de Staël, Marine à Dieppe (1952)

Extraits :

Anton Webern - Deux lieder pour choeur op.19
" Weiß wie Lilien " / " Ziehn die Schafe "
BBC singers
Berliner Philharmoniker
Pierre Boulez, direction
DGG 457637-2

Sidney Bechet - Strange fruit
Sydney Bechet trio
The « Lion » Smith, piano
Everett Barksdale, guitare
MAOJ MJCD 127


ExpositionNicolas de Staël, Lumières du Nord, Lumières du Sud
Du 7 juin au 9 novembre 2014

MuMa, Musée d'art moderne André Malraux
2, boulevard Clemenceau - 76600 Le Havre
Renseignements au 02 35 19 62 62 ou sur le site du musée

L'équipe de l'émission :