Samedi 28 juin 2014
9 min

Carpeaux au Musée d'Orsay

Le musée d’Orsay consacre une rétrospective au sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux. Il n’y en avait pas eu depuis presque quarante ans. Et c’est l’occasion de retrouver un formidable artiste du Second Empire, qui fait le lien entre la fin du romantisme et la modernité.

Par Sabine Gignoux du Journal La Croix.

Jour et crépuscule, crayon et craie sur papier - Jean-Baptiste Carpeaux
Jour et crépuscule, crayon et craie sur papier - Jean-Baptiste Carpeaux

Carpeaux était le fils d’un maçon et d’une dentellière de Valenciennes. Il a eu une carrière trop brève puisqu’il est mort en 1875, emporté par un cancer à 48 ans. Et pourtant, ce météore nous a laissé de splendides portraits de ses contemporains mais aussi de grandes allégories pour les façades du Louvre et de l’Opéra Garnier, ou la fontaine de l’Observatoire à Paris. Tout cela, on le redécouvre aujourd’hui au musée d’Orsay grâce au conservateur en chef des sculptures, Edouard Papet, qui a réuni des dessins, des peintures, des oeuvres en plâtre, en marbre, ou en bronze, mais aussi de merveilleuses petites esquisses en terre où l’on sent toute la fougue, la sensibilité exacerbée de l’artiste.
Par son talent, Carpeaux avait réussi à s’introduire auprès de la famille impériale qui lui a acheté des œuvres et dont il a sculpté des portraits privés. Mais c’était un créateur exalté, parfois violent. Son ami Charles Garnier l’avait surnommé « le cauchemar des architectes ». Et il a détruit plusieurs de ses sculptures dans des accès de colère. On en voit d’ailleurs, un exemple étonnant, dans l’exposition d’Orsay : le buste brisé de la marquise de la Valette. Cette femme, jadis très belle, avait reproché au sculpteur de ne pas avoir atténué ses rides. A son départ, Carpeaux furieux a pris sa masse et a cassé le nez du modèle en marbre, puis il l’a décapité ! Ce qui l’intéressait, lui, c’était de saisir le frémissement de la vie, surtout pas une beauté figée et idéale...

Vicomtesse de Montfort, plâtre - Jean-Baptiste Corpeaux
Vicomtesse de Montfort, plâtre - Jean-Baptiste Corpeaux

♫ EXTRAITS

Charles Gounod - Miserere
Gonville and Caius College Choir
Centaur Records, Inc.

Léo Delibes - La Source
Suite n°2 : scherzo polka
Slovak Radio Symphony orchestra
Andrew Mogrelia, direction
NAXO 8.553357


ExpositionCarpeaux (1827-1875), un sculpteur pour l’Empire
Au musée d’Orsay, jusqu’au 28 septembre

Renseignements au 01.40.49.48.14 ou sur le site du musée

L'équipe de l'émission :