Samedi 5 juillet 2014
9 min

Bill Viola au Grand Palais

Ce matin, la chronique revient sur l’exposition consacrée au vidéaste Bill Viola. Une exposition qui se tient au Grand Palais à Paris et qui se termine bientôt, le 21 juillet.

Par Sabine Gignoux du Journal La Croix

Catherine's room
Catherine's room

Bill Viola est un Américain d’une soixantaine d’années. Et c’est l’un des maîtres virtuoses de l’art vidéo, né il y a juste un demi-siècle. Son œuvre fait presque déjà partie des classiques . Et elle rend d’ailleurs hommage à de grands peintres comme Jérôme Bosch, Giotto ou Goya. Une vingtaine d’œuvres au total sont projetées au Grand palais, certaines très poétiques et d’autres très spectaculaires.
Bill Viola, qui s’est amusé à filmer des mirages, aime à répéter que nous vivons dans un « paysage de perception imaginaire », très marqué en réalité par nos émotions, nos souvenirs. Les auditeurs s’en souviennent peut-être, Bill Viola a réalisé des vidéos pour la mise en scène de Tristan par Peter Sellars à l’Opéra Bastille en 2005 (Esa Pekka Salonen était à la baguette). On en voit deux extraits dans l’exposition du Grand Palais. Une Ascension de Tristan dont le corps s’élève en lévitation sous une cascade d’eau. Et puis Fire woman, où l’on voit la silhouette d’une femme s’évanouir dans un lac de feu. C’est une image sur la mort de Tristan et l’extinction du désir. Les deux œuvres sont techniquement impressionnantes, projetées sur de grands écrans verticaux. On sent que Bill Viola, qui vit près d’Hollywood à Los Angeles, a eu accès à des effets spéciaux sophistiqués. Il utilise beaucoup d’innovations techniques, des caméras à infrarouge, des écrans LCD.

Bill Viola - Going forth by day
Bill Viola - Going forth by day

Il y a une dimension spirituelle dans son travail. Bill Viola a séjourné au Japon et s’est formé au bouddhisme zen. Il dit d’ailleurs que la caméra lui sert de troisième œil pour aiguiser sa perception, trouver une présence accrue au monde. Il y a un vraie critique, chez lui, du flot accéléré des images dans la société contemporaine. Bill Viola, au contraire, joue très souvent sur le ralenti. Il filme aussi des gestes d’empathie ou de transmission entre les générations.

♫ EXTRAITS

Richard Wagner - Tristan et Isolde
Acte 3 scène 2 : O die Sonne
Stephen Gould, ténor
Nina Stemme, soprano
Rundfunkchor Berlin
Rundfunk-sinfonieorchester Berlin
Marek Janowski, direction
PENTAT PTC 5186 404

Bill Viola - Ascension
Bill Viola - Ascension

EXPOSITION :Bill Viola
Grand Palais
Du 05 Mars au 21 Juillet 2014

Renseignements sur le site du Grand Palais

L'équipe de l'émission :