Au fil de l'actu
Entretien
Jeudi 24 décembre 2020
3 min

Nicolas Bucher : "Notre but n'est pas la réouverture à tout prix mais d'être traité de manière juste"

Le Conseil d'Etat a tranché : les salles de spectacle resteront fermées jusqu'au 7 janvier au minimum. Plusieurs professionnels de la culture avaient en effet déposé un référé auprès de l'institution pour contester la décision du gouvernement de fermer les cinémas et les théâtres.

Nicolas Bucher : "Notre but n'est pas la réouverture à tout prix mais d'être traité de manière juste"
Le Conseil d'Etat a validé la fermeture des salles de spectacle jusqu'au 7 janvier prochain, © Maxppp / Vincent Isore, IP3 PRESS

Lundi 21 décembre dernier, le Conseil d'Etat s'est penché sur le recours en référé-liberté déposé par plusieurs organisations professionnelles de la culture. Selon elle, la décision de fermer les musées, cinémas et salles de spectacle est une entrave importante à la liberté. Toutefois, la haute juridiction administrative a décidé de maintenir la fermeture des lieux culturels jusqu'au 7 janvier, comme l'avait préconisée le gouvernement.
Nicolas Bucher, président du syndicat Profedim et directeur du Centre de musique baroque de Versailles est déçu de cette décision : "Ce n'est pas la décision que nous attendions mais il faut en prendre acte". L'incompréhension est d'autant plus grande qu'un des arguments avancés par le Conseil d'Etat est que la situation risque d'être pire dans les 15 prochains jours : "J'ai un arrière-goût d'inéquité" déclare Nicolas Bucher.

Selon Nicolas Bucher, la démarche des différents syndicats n'aura pas été vaine : "On retient que le juge remarque qu'il y a une liberté qui est mise à mal. La liberté de création est privée pendant cette période [...] Cela nous donne un peu de lumière dans ce tunnel dont on ne voit vraiment pas le bout" constate l'organiste.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pourra-on retourner dans les salles avant les vacances de février ?

Nicolas Bucher en est désormais convaincu : "La date du 7 janvier est une date derevoyure et non de réouverture". Le gouvernement a déjà laissé sous-entendre que les lieux culturels ne pourront pas rouvrir début janvier. Le président de Profedim pense que la réouverture ne se fera pas avant fin janvier, voire davantage : "Les échanges avec l'exécutif sont clairs : "On part sur une période plus longue, sans doute jusqu’aux vacances de février". Il va donc falloir encore patienter...

Nicolas Bucher le répète, il ne souhaite pas rouvrir les salles de spectacle si cela doit se faire au détriment de la santé publique : "On est tous responsable, on lit les journaux, on a tous des gens qui sont touchés par le covid". Toutefois, il implore un traitement plus juste dans la gestion de cette crise : "On est prêt à rester fermé si le traitement de la crise sanitaire est fait de manière juste". Nicolas Bucher invoque l'inégalité entre les différents lieux recevant du public : "On peut passer son dimanche dans un magasin mais on ne peut pas aller voir un spectacle ou aller au musée".

L'équipe de l'émission :