Au fil de l'actu
Entretien
Mardi 29 septembre 2020
3 min

Jean-Philippe Thiellay : "L'essentiel, c'est d'éviter toute faillite"

A la suite d'une lettre ouverte publiée hier par les artistes indépendants estimant être les grands oubliés du plan de relance du gouvernement, le directeur du Centre national de la Musique leur répond en annonçant le déploiement d'un fond de 2 millions d'euros de soutien pour ce secteur privé.

Jean-Philippe Thiellay : "L'essentiel, c'est d'éviter toute faillite"
Jean-Philippe Thiellay, directeur du Centre national de la Musique répond aux interrogations émises par le personnel des indépendants du secteur musical qui craignent pour leur survie,, © E. Bauer

Le directeur du Centre national de la Musique, Jean-Philippe Thiellay répond à la lettre ouverte publiée par la FEVIS (la fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés) dans laquelle les artistes indépendants de la musique classique interpellent le ministère de la culture sur la crise économique qu'ils subissent et sur leurs interrogations.
Le directeur déclare "comprendre parfaitement cette inquiétude".

Ainsi, Jean-Philippe Thiellay a décidé de réunir lundi un conseil d'administration extraordinaire du Centre national de la musique.
Un plan d'accompagnement de 44 millions d'euros à destination des acteurs du spectacle a donc été voté pour faire face à la crise.
Ce plan se divise en trois parties. Une première enveloppe budgétaire de 40 millions d'euros permettra de compenser les pertes de billetterie liées au maintien des mesures de distanciation physique avec les jauges limitées. Cette mesure s'applique uniquement pour les musiques actuelles et jazz.
Egalement, 2 millions d'euros seront répartis pour le secteur privé du classique (les ensembles indépendants, les producteurs privés...).
Enfin, 2 millions d'euros seront également octroyés en soutien aux auteurs-compositeurs pour garantir leur rémunération.

Le directeur rajoute que le budget pourra être complété en fonction de l'évolution de la situation durant la saison : "si on estime que le dispositif doit évoluer, on le proposera au conseil d'administration".

L'équipe de l'émission :