Au fil de l'actu
Entretien
Lundi 23 novembre 2020
3 min

Christian Magdeleine : "En posant nu, je voulais mettre l'accent sur le côté ubuesque de certaines mesures"

En Corse, des professeurs, artisans et commerçant ont posé nu devant l'objectif d'une photographe pour exprimer "leur détresse psychologique et financière" face au confinement qui les empêche "injustement" de travailler. Parmi eux, le luthier Christian Magdeleine est en ligne avec nous ce matin.

Christian Magdeleine : "En posant nu, je voulais mettre l'accent sur le côté ubuesque de certaines mesures"
Caroline Gilles propose une série de portraits nus afin de dénoncer les mesures arbitraires du gouvernement. Le luthier Christian Magdeleine pose ainsi nu afin de soutenir le secteur musical. , © AFP / PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

"Le plus dur, c'est l'injustice, la catégorisation arbitraire des commerces essentiels et non-essentiels, alors que rien ne prouve qu'on puisse être des vecteurs de la maladie", explique à l'AFP la photographe Caroline Gilles, 43 ans, elle-même contrainte de fermer son studio de Vescovato (Haute-Corse), près de Bastia.

La photographe a repris l'idée d'un confrère mosellan, qui avait réalisé un autoportrait nu, avec une phrase choc: "Quitte à être mis à poil par le gouvernement, autant le faire moi-même".
Bénévolement, et en prenant le risque de recevoir une amende en accueillant la plupart de ses modèles dans son studio, Caroline Gilles a réalisé 43 portraits nus en 10 jours, dont le sien. 

Christian Magdeleine, luthier à Bastia

"Face à ce sentiment d'injustice nous pénalisant, je ne pouvais pas rester sans réaction", témoigne Christian Magdeleine, luthier à Bastia, au micro de Jean-Baptiste Urbain. Ainsi il a choisi de poser dans son atelier derrière une guitare en fabrication.

"Le premier confinement avait une logique (...), une situation d'urgence qu'on a tous ressenti comme nécessaire malgré les implications économiques. Là ce n'est pas le cas, on se demande vraiment pourquoi on a été sacrifiés", ajoute-t-il, pointant des mesures "complètement illogiques" dans son activité.

Si son activité de luthier est interdite, celle, annexe, de réparation, réglage et vente d'accessoires, si elle dépassait 50% de son chiffre d'affaires, lui permettrait d'ouvrir car jugée essentielle alors qu'elle brasse beaucoup plus de clientèle et donc de risque sanitaire, explique-t-il. Avec une clientèle de musiciens lourdement impactée, il craint d'une crise sur le long terme, où les musiciens se tourneront davantage vers les plus gros vendeurs d'instruments et non plus vers les petits fabricants, comme lui.

Plus largement, c'est un acte de solidarité envers le secteur culturel et les musiciens qu'a souhaité faire Christian Magdeleine en posant nu.

Retrouvez certaines photos en cliquant ici.

L'équipe de l'émission :