Au fil de l'actu
Entretien
Vendredi 9 octobre 2020
3 min

Alpha nommé "Label de l'année"

Directeur général du label Alpha Classics et PDG d'Outhere Music, Didier Martin s'exprime sur l'industrie de la musique enregistré en 2020. Il reviendra également sur la nomination d'Alpha en tant que Label de l'année, par le magazine Gramophone.

Alpha nommé "Label de l'année"
Didier Martin, © Radio France / France Musique

Le 6 octobre dernier avait lieu les lauréats des Gramophone Classical Music Awards 2020. Lancés en 1977 par le magazine britannique Gramophone, ces prix sont l'une des plus importantes distinctions décernées à des enregistrements de musique classique de l'industrie du disque. 

Pour cette année 2020, Alpha Classics, qui appartient à Outhere depuis 2006, se dote de la mention "Label de l'année". Didier Martin, heureux et surpris, s'exprime : « C'est plus qu'un honneur de recevoir ce Prix, c'est un cadeau particulièrement jouissif ainsi qu'un encouragement à continuer et à garder le cap. Un énorme encouragement pour toutes les équipes d'Alpha et d'Outhere qui travaillent sans compter et avec passion. Dans ce moment de pandémie mondiale qui s'ajoute à la crise lancinante de la culture, il est plus que jamais urgent de réfléchir tous ensemble et de s'unir pour sauver la diversité musicale. La presse de qualité est un phare indispensable, encore plus important dans le monde digital. »

Voici un cadeau particulièrement apprécié et encourageant, en cette période de crise, qui touche également l'industrie du disque.

Le secteur de la musique enregistré en crise

Tout comme le cinéma, les sorties de disques se sont arrêtées ces derniers mois, dû au manque de plateformes distributrices, mais aussi au manque de visibilité et de médias, qui ne permettaient pas une sortie optimale. De la même manière, certains projets et enregistrements se sont mis à l'arrêt, de quoi ralentir l'industrie de quelques mois, voire années.

Concernant les plateformes de streaming, là aussi un problème se pose. Une chute libre des écoutes pendant le confinement a vu le jour, notamment liée aux habitudes d'écoutes qui étaient bouleversés. En effet, le pic d'écoute du matin et du soir, dû aux travailleurs écoutant de la musique sur leurs temps de trajets, n'a plus lieu d'être. A un seul moment, les courbes de streaming musical ont même tendus vers 0, lors du discours d’Emmanuel Macron le 16 mars. Cependant, on ne peut pas parler d'une consommation totalement en baisse mais d'une consommation différente, notamment aux heures habituellement plus creuses, ou bien par playlist, par disque et par la radio, ce qui n'était pas le cas avant.

Didier Martin répond à nos interrogation afin de décrypter cette nouvelle consommation musicale et les évolutions de l'industrie musicale en temps de crise.

Les invités :
L'équipe de l'émission :