Au fil de l'actu
Entretien
Mercredi 6 octobre 2021
3 min

Agir pour la planète en limitant les tournées : l'appel de Fabien Lévy aux musiciens

Dans une récente tribune, le compositeur Fabien Lévy appelle les musiciens à limiter les tournées données à l'international afin de réduire l'empreinte écologique du milieu musical.

Agir pour la planète en limitant les tournées : l'appel de Fabien Lévy aux musiciens
Fabien Lévy interpelle les musiciens dans une tribune pour qu'ils limitent leurs tournées afin d'agir sur l'environnement, © Getty / Hiroyuki Ito

Fabien Levy, compositeur et professeur à l'Université Normale supérieure de Musique de Leipzig, a publié le 30 septembre dernier sur le site Van Magazine « Jouer du violon pendant que la Californie brûle », une tribune dans laquelle il accuse les grands orchestres internationaux de participer au réchauffement climatique. Il remet principalement en question le système des tournées : "La musique reprend, les concerts reprennent et je m'en réjouis, mais il y a  des orchestres qui vont à New York, Tokyo ou Berlin pour un jour seulement. On a eu dernièrement l'Orchestre symphonique de Londres avec Simon Rattle pour un seul concert ; ils ont joué La Pastorale de Beethoven, c'est quand même paradoxal alors que les coucous sont en voie de disparition !"

Fabien Levy se demande s'il ne serait pas plus raisonnable d'inviter les artistes à rester plus longtemps lors des tournées, en augmentant le nombre de productions comme c'est le cas dans la danse ou le théâtre, ou plus simplement d'organiser différemment les déplacements afin que les musiciens aient des itinéraires mieux pensés, avec des distances plus courtes qui leur permettent de prendre le train plutôt que l'avion. Il propose aussi que les subventions soient attribuées en fonction de critères de durabilité, que des chartes de bonne conduite soient signées par les orchestres et qu'ils publient leur empreinte carbone. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Quand on fait quelque chose, en tant que consommateur ou en tant que producteur, et notamment en art lorsqu'on contribue au patrimoine culturel de l'humanité, il faut toujours s'interroger sur ce que l'on produit, mais aussi sur ce que l'on détruit."

Notre invité souligne enfin que de nombreux musiciens se sentent déjà préoccupés par ces questions et cherchent des solutions, comme l'association Arviva en France à laquelle a adhéré l'Orchestre national de Lyon, ou dans le milieu de la musique pop le groupe Radiohead, "qui a travaillé avec des experts sur la contribution carbone de ses concerts, mais aussi de son public. Il offre par exemple des places mieux situées à ceux qui prennent les transports en commun."

L'équipe de l'émission :