Au fil de l'actu
Entretien
Mardi 17 novembre 2020
3 min

Jean-Philippe Thiellay : "L'essentiel est d'éviter toute faillite"

Au lendemain d’un Conseil d’administration du Centre National de la Musique, son président Jean-Philippe Thiellay annonce en exclusivité sur France Musique de nouvelles mesures en faveur des acteurs du spectacle musical vivant, y compris pour les esthétiques classiques.

Jean-Philippe Thiellay : "L'essentiel est d'éviter toute faillite"
Jean-Philippe Thiellay, © Eléna Bauer / Opéra national de Paris

Jean-Philippe Thiellay, président du Centre national de la musique, est à l'autre bout du fil pour nous dévoiler le dispositif de sauvegarde et d'accompagnement des acteurs de la musique.

La sauvegarde des acteurs du spectacle vivant de musique et de variétés

Le Fonds de sauvegarde 

Créé en juillet dernier, le fonds de sauvegarde doté de 15,5M€ est dorénavant porté à 50M€ et s'ouvre aux acteurs de la musique classique et contemporaine. Ce fonds est augmenté à hauteur de 35M€ pour que "tous les acteurs de la vie musicale puissent en bénéficier : associations, entreprises, indépendants, opéras et orchestres permanents."

Il faut absolument éviter les faillites et les défaillances. 

Tous les indépendants, jusques et y compris, les ensembles indépendants, peuvent accéder au fonds de sauvegarde. L’objectif est de permettre aux acteurs les plus fragiles, ayant des capacités de production réduites, d’être en mesure de reprendre une activité au sortir de la crise.

Accompagner la relance

Le Fonds de compensation des pertes de billetterie

Le deuxième objectif est de préparer la relance avec un Fonds de compensation des jauges dégradées mis en place lors du premier confinement. 

Le Fonds de compensation des pertes de billetterie de 40M€, mis en place le 1er octobre pour soutenir les représentations ayant lieu en jauge dégradée, est étendu de 6 mois pour accueillir les demandes relatives aux spectacles se déroulant jusqu’au 30 juin 2021.

Étendu à toutes les esthétiques musicales : "Ce fonds sera là pour encourager, malgré la distanciation, l'organisation de spectacles, et en compenser les dépenses engagées." 10M€ supplémentaires viennent à présent compléter le dispositif, désormais accessible aux opérateurs de la musique classique et contemporaine. 

Le Fonds de soutien à la diffusion alternative

Pour pallier une faillite du spectacle vivant musical, 35 millions d'euros supplémentaires sont alloués. 

Créé en juillet, le dispositif "diffusion post-Covid" de 300 K€ devient le Fonds de soutien à la diffusion alternative. Doté de 5M€ supplémentaires, il a pour but de "financer les représentations données sans public, sous réserve qu’elles donnent lieu à une captation." Ce renforcement inclut l'augmentation du plafond d’aides par projet à 75 K€ et par entreprise à 150 K€. Pour le CNM, il est essentiel de "favoriser l’emploi et d’encourager une diffusion permettant de maintenir un lien entre les artistes, les lieux et le public."

Néanmoins, le streaming gratuit n’est pas un modèle économique viable. Nous devons aider au développement économique de live stream payant.

Le Président du Centre national de la musique en appelle de ses vœux : "J’aimerais que les écrans se transforment, momentanément, en salle de spectacle." Les modalités d'application de ces mesures de renforcement et d’ouverture seront détaillées sur le site www.cnm.fr !

L'équipe de l'émission :