Au fil de l'actu
Entretien
Mardi 2 novembre 2021
3 min

Hommage à Nelson Freire avec Alain Lompech : "Il m’a appris à écouter la musique et le piano en particulier"

Vive émotion suite à l'annonce de la disparition du pianiste brésilien Nelson Freire. Ce matin, le critique musical Alain Lompech lui rend hommage.

Hommage à Nelson Freire avec Alain Lompech : "Il m’a appris à écouter la musique et le piano en particulier"
Le pianiste Nelson Freire nous a quittés lundi à l'âge de 77 ans, © Getty / Amy T. Zielinski/Redferns

L'immense pianiste Nelson Freire s'est éteint dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 77 ans. Il fut l'un des plus grands pianistes du XXe siècle et du début du XXIe ; Alain Lompech garde un souvenir ému de son ami : "Au-delà du musicien, c'était un ami très proche, je l’ai connu il y a 40 ans, et ça a été un coup de foudre musical". 

C était quelqu’un de très exigeant, en amitié comme avec lui même.

Alain Lompech garde en mémoire un homme dévoué corps et âme à la musique : "Sa vie était organisée autour de la musique, rien ne pouvait l'en distraire (...) Toute la journée il travaillait, il pensait tout le temps à la musique"

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Il se rappelle un homme bienveillant, intéressé par les jeunes pianistes qui l'entouraient : "Nelson Freire adorait écouter les autres, il adorait mettre des disques, écouter la radio, des enregistrements que les pianistes lui envoyaient. Il ne disait jamais de mal des autres musiciens, il n’avait aucune jalousie, jamais, il se réjouissait toujours du succès des autres"

Il y avait dans son jeu un mélange très mystérieux d’une virtuosité absolument phénoménale et d’une maîtrise du clavier; d’une compréhension intime de l’instrument

Il évoque également, son humilité face à la musique derrière laquelle, il avait pour habitude de s'effacer : " C’était quelqu’un qui ne se mettait jamais en avant. Je l’ai entendu travailler des heures la Sonate op. 111 de Beethoven avant de la jouer en public alors qu’il la travaillait déjà depuis plus de 40 ans, il fallait qu’il réussisse à « la manger » pour que la musique puisse naître au monde".

L'équipe de l'émission :