Au fil de l'actu
Entretien
Lundi 22 novembre 2021
3 min

Camille de Rijck revient sur les récentes turbulences à l’Opéra de Liège

Deux chanteurs évincés d'une production, un licenciement, et un recours au Conseil d'État contre la désignation du nouveau directeur : les esprits s'échauffent à l'Opéra royal de Wallonie. Notre confrère de la RTBF, Camille de Rijck, nous aide à comprendre ce qui se passe actuellement en Belgique.

Camille de Rijck revient sur les récentes turbulences à l’Opéra de Liège
Camille de Rijck revient sur les récentes turbulences à l’Opéra de Liège, © Camille de Rijck

Deux chanteurs de Lucia di Lammermoor, nouvelle production de l'opéra, on été congédiés sous prétexte qu'ils "ne rencontrent pas en ce moment la qualité nécessaire pour assurer le niveau de la production". C'est l'argument invoqué par Stefano Pace, le nouveau directeur de la maison lyrique. Maxime Melnik, qui devait interpréter Arturo, et Zeno Popescu, pour le rôle Normanno, ne monteront donc pas sur scène : "Stefano Pace avait à peine posé ses valises à l'Opéra royal de Wallonie que dès la première production, il assiste à une première répétition et il vire deux chanteurs locaux", "c'est traumatisant dans la mesure où ces deux chanteurs, nous les journalistes locaux les avons entendus à plusieurs reprises et on n'arrive pas à comprendre pourquoi ils ne conviendraient pas à ces petits rôles"

Tout ceci crée une sorte de toile anxiogène pour le personnel

"Stefano Pace a viré ces deux chanteurs et les a remplacés par des chanteurs italiens, imaginez : si demain vous étiez nommé à l'Opéra de Trieste, est-ce que vous, arriveriez et décideriez en premier lieu de virer deux italiens pour les remplacer par deux français ?"

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Et Stefano Pace, qui a succédé au défunt Stefano Mazzonis, fait face à la défiance : on apprend que le Conseil d'État a été saisi mardi dernier d'un recours remettant en cause la désignation du nouveau directeur : "c'est une procédure qui n'est pas rare voire quasiment régulière"

Avec, en toile de fond - même s'il n'est officiellement pas lié aux crispations - un départ : celui de la maestro italienne Speranza Scapucci : "En plus d'être une chef d'orchestre mondialement réputée est la première femme a avoir jamais occupé un poste de direction d'orchestre dans le pays" "on sait que ça n'a rien à voir (...) mais cela trahit tout de même une mauvaise ambiance dans la maison"

L'équipe de l'émission :