Au fil de l'actu
Entretien
Jeudi 3 décembre 2020
3 min

Le calendrier de l'avent spécial compositrices d'Héloïse Luzzati !

Sous la direction artistique d'Héloïse Luzzati, l'association Elles Creative Women diffusera une vidéo par jour d'une compositrice, du 1er au 24 décembre. A la manière d'un calendrier de l'avent, ces femmes de toutes époques seront mises en avant, obtenant enfin la visibilité qu'elles méritent.

Le calendrier de l'avent spécial compositrices d'Héloïse Luzzati !
La violoncelliste Héloise Luzzati - Le fil de l'actu, © Héloise Luzzati

Dans cette période morose et anxiogène générée par la crise sanitaire actuelle, l’association Elles creative women, forte du succès de la première édition du festival Un temps pour Elles créée en collaboration avec le Château de Rosa Bonheur, développe un concept vidéo lumineux et pédagogique autour de la thématique de Noël tourné dans le Château de la peintre du XIXème siècle, Rosa Bonheur. 

Calendrier virtuel ou festival ?

Pensé comme un festival d’hiver virtuel, le projet met en valeur 24 pépites musicales dont plus de la moitié sont des œuvres totalement inédites. De Hildegard Von Bingen à Camille Pépin, en passant par Barbara, le projet se veut inclusif et traverse les époques.

Les capsules vidéos auront une durée variant de 2 à 5 minutes et seront diffusées chaque jour du 1 au 24 décembre sur Facebook et Youtube. Elles feront toutes l’objet d’une courte médiation pour présenter chaque compositrice. Pour ce faire, 34 musiciens prestigieux se sont rassemblés pour faire vivre ce projet. 

Que ce soit dans le festival Un temps pour Elles, ou dans ce calendrier de l'avent, l'idée est de raconter qui elles sont et d'essayer de comprendre pourquoi elles ne font pas du tout partie de l'histoire de la musique ! 

La musique des femmes invisibilisée 

Présentes dès le Moyen-Âge où elles se nomment trobairitz (équivalent féminin du troubadour), les femmes qui composent de la musique ont toujours existé, en nombre. Malgré cela, elles occupent une part infimedans l’Histoire de la musique officielle et aujourd’hui, à peine 4 % des œuvres musicales programmées en concert sont écrites par des compositrices

Elles ont été et sont toujours largement invisibilisées : absentes des programmes musicaux donnés tout au long de la formation des élèves dans les conservatoires, ces mêmes conservatoires où l’écrasante majorité des salles porte le nom d’un homme, compositeur plus ou moins illustre, et plus grave encore, absentes des programmes de concerts.

Pour justifier cette invisibilité, un argument récurrent : si ces compositrices ne sont pas passées à la postérité c’est qu’elles n’ont pas créé de chefs-d’œuvre. Nous n’avons pourtant quasiment aucun moyen de juger de cette qualité : Pour beaucoup, nous ne savons même pas qu’elles existent car les recherches musicologiques ne s’y intéressent pas. Pour beaucoup d’autres, nous ne disposons pas de partitions accessibles (non éditées, manuscrits non numérisés ni inventoriés…). Pour beaucoup, enfin nous ne disposons pas d’enregistrement. Dès lors comment pourrions nous savoir et décider si ces compositrices et leurs œuvres méritent d’être interprétées et programmées ?

Les invités :
L'équipe de l'émission :