Au fil de l'actu
Entretien
Vendredi 29 janvier 2021
3 min

"On a eu 100% de croissance en plus lors du premier confinement" Hervé Boissière, fondateur de Medici.tv

Depuis que les salles de spectacles ont été contraintes de fermer leurs portes, les concerts numériques se sont considérablement développés. Avec la création de sa plateforme Medici.tv en 2008, Hervé Boissière avait depuis longtemps compris l'importance de l'écoute en ligne.

"On a eu 100% de croissance en plus lors du premier confinement" Hervé Boissière, fondateur de Medici.tv
La plateforme Medici.tv a connu une croissance de 100% depuis le premier confinement

La pandémie a vu naître de nouvelles plateformes de streaming proposant des concerts en ligne. Pourtant Hervé Boissière a compris depuis plus de 13 ans, l'importance de filmer des concerts de musique classique.
Bien-sûr, cela fait plus d'un demi-siècle que les captations de concerts existent, en particulier lorsque l'on pense aux productions mythiques de Karajan ou encore de Maria Callas.
Le fondateur de Medici.tv a profité du développement d'internet pour créer sa plateforme en 2008 et ainsi diffuser la musique classique auprès d'un large public. Aujourd'hui la chaîne en ligne réunit 40 000 abonnés qui ont accès à ce catalogue.
Au micro de Gabrielle Oliveira-Guyon, Hervé Boissière nous raconte la croissance continue que connait sa plateforme : "Les phénomènes de confinement ont très nettement augmenté le recours à ces usages". Pourtant, c'est bien lors du premier confinement que la croissance a été la plus forte, atteignant 100 à 200% d'augmentation. Pour le directeur, il ne faut pas s'attarder trop longuement sur ces chiffres "atypiques et pas significatifs à long terme", préférant réfléchir à l'utilisation du public des plateformes de streaming après la sortie de crise.

Hervé Boissière en est convaincu, le streaming est bénéfique pour les artistes et pour le public : "Plus que jamais le public a besoin de recevoir des émotions alors qu'il y a cette frustration difficile à vivre pour eux". Parallèlement, c'est un système essentiel pour maintenir quelques emplois y compris pour les musiciens : "Il faut continuer à faire travailler les musiciens" déclare Hervé Boissière.
Enfin, le directeur met en garde sur la perception que peut avoir à moyen terme le public, en particulier face au travail de l'artiste, surtout si les captations de concerts ou d'opéras tendent à perdurer : "Attention à ne pas créer un effet pervers qui va rayer la valeur d’une captation, il faut protéger ça !".

L'équipe de l'émission :