Au diable Beauvert
Entretien
Dimanche 12 janvier 2014
1h 23mn

Philippe Jaroussky

Bienvenue au Diable Beauvert où nous nous pencherons aujourd’hui sur le mystère, non pas des voix bulgares, mais sur celles des anges, cette quête à la Indiana Jones d’une chimère nommée castrat, subtile alchimie entre le timbre d’un contre-ténor et le coffre d’une mezzo. Et à ce chapitre notre invité en a entendu de toutes les couleurs, jusqu’à ce critique britannique qui trouvait d’une indécence totale le fait de chanter ainsi, comme si le soliste avait baissé son pantalon en plein concert. Alors gardez le vôtre bien ajusté et montez le son !

C’est de son arrière-grand-père qu’il tient son patronyme d’assonance russe, mais c’est à Sartrouville qu’il voit le jour. Enfant, il est plutôt passionné par le dessin et la peinture, même s’il s’amuse à la maison à doubler en voix de tête les tubes à la radio ou le "Casta Diva" de Callas. Au collège, un prof charismatique lui fait découvrir la musique en écrivant des chansons, et entré au conservatoire il s’essaie à la flûte au contact trop froid, au trombone au répertoire trop limité, ou au hautbois trop dur, et choisit finalement le violon.
Son bac en poche, il ne sait trop quoi faire lorsqu’à 18 ans, il assiste par hasard à un concert de Fabrice Di Falco. Sa voie, si j’ose dire, est dès lors toute tracée. Il travaille avec le coach de son mentor, Nicole Fallien qui le conseille toujours aujourd’hui, et lors d’un stage à Royaumont se fait remarquer par Gérard Lesne et Jean-Claude Malgoire qui lui offrent ses premiers rôles.
Le reste, à moins de vivre sur Mars, vous n’êtes pas sans le savoir. Sachez toutefois qu’il a créé, lui qui jeune se rêvait aussi chef d’orchestre, son propre ensemble, Artaserse, afin de poursuivre ses propres recherches musicologiques, qu’à l’instigation de son ami Renaud Capuçon il s’est mis à la mélodie, et qu’en pleine gloire il a pris une année sabbatique pour aller se promener jusqu’en Patagonie.
Enfin il aimerait être plus costaud, pardonne volontiers la paresse et adore le vin... alors faites vite place à notre invité, Philippe Jaroussky !

Avec la complicité téléphonique de Suzanne Giraud, compositrice, et de Frédéric Faye, coach vocal

Programme musical

Anonyme
Ninna nanna alla napoletana
Philippe Jaroussky, contre-ténor
L'Arpeggiata, dir. Christina Pluhar
Virgin Classics 972895

Giovanni Battista Pergolesi
Stabat Mater
I. Stabat Mater dolorosa

Julia Lezhneva, soprano
Philippe Jaroussky, contre-ténor
I Barocchisti, dir. Diego Fasolis
Erato 319147 2

Antonio Vivaldi
Nisi Dominus RV 608
I. Nisi Dominus

Philippe Jaroussky, contre-ténor
Ensemble Matheus, dir. Jean-Christophe Spinosi
Naïve OP 30453

Nicola Porpora
Mitridate : La gioia ch'io sento
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Orchestre Baroque de Venise, dir. Andrea Marcon
Erato 50999 9341302 2

Traditionnel Argentine / arrangement Quito Gato
Duerme negrito
Philippe Jaroussky, contre-ténor
L'Arpeggiata, dir. Christina Pluhar
Virgin Classics 5099967851621

Reynaldo Hahn
A Chloris
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Jérôme Ducros, piano
Virgin Classics 972895

Cécile Chaminade
Sombrero
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Jérôme Ducros, piano
Virgin Classics 972895

Gabriel Fauré
Requiem
IV. Pie Jesu

Philippe Jaroussky, contre-ténor
Orchestre de Paris, dir. Paavo Järvi
Virgin Classics 50999 088470 2

Suzanne Giraud
Caravaggio
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Les Siècles, dir. François-Xavier Roth
DVD (Document personnel)

Benedetto Ferrari
Amanti, io vi so dire
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Ensemble Artaserse, dir. Philippe Jaroussky
Ambroisie 9932

Jean-Chrétien Bach
Artaserse : Perché tarda è mai la morte
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Le Cercle de l'Harmonie, dir. Jérémie Rhorer
Virgin Classics 5099968572600

Claudio Monteverdi (attribué à)
Le Couronnement de Poppée, Acte III : Pur ti miro, pur ti godo
Nuria Rial, soprano
Philippe Jaroussky, contre-ténor
L'Arpeggiata, dir. Christina Pluhar
Virgin Classics 972895

Les invités :
L'équipe de l'émission :
Mots clés :
émission précédente
dimanche 5 janvier 2014