Au diable Beauvert
Entretien
Dimanche 17 mars 2013
1h 23mn

Laurent Petitgirard

Laurent Petitgirard, compositeur, chef d'orchestre

Carla Bruni disait de son président de mari qu'il possédait cinq ou six cerveaux. Je ne sais pas ce que son épouse, comédienne, en pense mais il doit en avoir au moins autant. Pianiste, chef d'orchestre, compositeur, il est aussi président du conseil d'administration de la Sacem, membre de l'Académie des Beaux-Arts et vient d'accepter en plus de diriger un nouveau cycle consacré à la musique de film au Conservatoire de Paris. Bref, un homme pas occupé, mais qui a quand même trouvé le temps de venir déjeuner en notre compagnie aujourd'hui - alors poussez le son !

Son père le met au piano à quatre ans, et il saura lire ses notes avant l'alphabet ; son frère aîné, Grand Prix de Rome, lui inculque les rudiments de la composition, si bien qu'il signe à huit ans sa première œuvre de musique de chambre. Enfin, élève au Lycée Buffon, il y fonde à douze ans son premier orchestre.
Adolescent, au grand dam de sa famille, il se passionne pour le jazz, et pour gagner sa vie pianote dans une émission de Philippe Bouvard. Là, il rencontre Otto Preminger qui lui commande la musique de "Rosebud" - bien plus tard, il collaborera régulièrement avec Francis Girod. Au total, il a signé plus de cent soixante partitions pour l'écran, petit ou grand, et l'on a encore dans l'oreille, pour les plus âgés, ses musiques pour des séries télé dont les incontournables "Maigret".
Mais le compositeur, auteur aussi d'une vingtaine d'œuvres symphoniques et de deux opéras à ce jour, n'oublie pas de diriger un peu partout, et fonde à la fin des années 80, grâce à la générosité d'un mécène privé, l'Orchestre Symphonique Français qui hélas, la crise couvant, ne dépassera pas l'âge de raison avant de devoir mettre la clé sous la portée.
Qu'à cela ne tienne ! Il prend les rênes de Colonne, à condition que le prix des places n'excède pas 10 euros et qu'une œuvre contemporaine soit à l'affiche de chaque programme, ce qui en fait l'un des rares chefs élus par ses propres musiciens comme à Vienne ou à Berlin. En échange, il leur apportera leur propre salle à Paris.
Bref, c'est un mec bien que nous recevons à notre table ce midi, Laurent Petitgirard.

Avec la complicité téléphonique d'Alain Kremski, pianiste, compositeur, et de Véra Nikitine, étudiante en musique de film auprès de Laurent Petitgirard au Conservatoire de Paris

Laurent Petitgirard, A la recherche du temps perdu

Programmation musicale

Wolfgang Amadeus Mozart
Requiem en ré mineur K. 626 : VII, Lacrimosa
Choeur de l'Orchestre Symphonique Français / Orchestre Symphonique Français
Laurent Petitgirard
Adda 590054

Laurent Petitgirard
The Rosebud Suite
Jean-Philippe Collard, piano
Orchestre Symphonique de Radio-Télé-Luxembourg
Laurent Petitgirard
Milan 288

Laurent Petitgirard
Ecrire contre l'oubli
Orchestre Symphonique Français
Laurent Petitgirard
Playtime Records 0604101

Laurent Petitgirard
Concerto pour violoncelle et orchestre : III
Gary Hoffman, violoncelle
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo
Laurent Petitgirard
Chant du Monde 2781113

Laurent Petitgirard
Guru : Acte III, scène 8
Hubert Claessens, baryton-basse / Sonia Petrovna, actrice
Orchestre Symphonique Hongrois de Budapest
Laurent Petitgirard
Naxos 8 660300-01

Alain Kremski
L'Appel des îles lointaines : III, D'ailleurs, l'oiseau annonciateur...
Alain Kremski, piano et gongs
Cézame 1002

Laurent Petitgirard
Maigret et les plaisirs de la nuit (Générique)
Orchestre Symphonique Français
Laurent Petitgirard
FGL Productions 5785572

Laurent Petitgirard
Le Légendaire
Augustin Dumay, violon
Classical Polish Philharmonia
Laurent Petitgirard
Naxos 8 557602

L'équipe de l'émission :
Mots clés :